Accueil Économie Mobilité

Des milliers de mécaniciens court-circuités par la révolution électrique

Moins d’usure et de pièces mécaniques : un cauchemar pour les mécaniciens, auguré par la révolution des moteurs électriques. Mais d’autres besoins seront générés par l’électromobilité.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

La promesse est écrite en toutes lettres dans les publicités de certaines marques automobiles : les frais d’entretien des véhicules électriques seront réduits de 30 % par rapport aux véhicules thermiques. Or, qui dit « moins d’entretiens » pense inévitablement « moins d’emplois »…

« Il y aura indubitablement moins d’emplois de type ouvrier dans les concessions dans les dix années à venir », craint Jean-Paul Sellekaerts, secrétaire permanent du syndicat FGTB. « Dans quelle proportion ? C’est impossible à évaluer avec précision, mais dans la mesure où les moteurs électriques comportent moins de pièces mécaniques et sont moins soumis à l’usure, il y aura forcément moins de boulot pour les mécaniciens. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs