Accueil Monde Union européenne

La conservatrice maltaise Roberta Metsola élue présidente du Parlement européen

Elle est la troisième femme à accéder à cette fonction et succède à David Sassoli, décédé il y a une semaine.

Temps de lecture: 2 min

La conservatrice maltaise Roberta Metsola a été élue mardi présidente du parlement européen, obtenant la majorité absolue dès le premier tour du scrutin, en dépit de son opposition à l’avortement, qui a suscité de nombreuses critiques.

Elle est seulement la troisième femme à accéder à cette fonction, après les Françaises Simone Veil (1979-1982) et Nicole Fontaine (1999-2002). Elle succède à l’Italien David Sassoli, décédé le 11 janvier et dont le mandat s’achevait cette semaine.

Députée européenne depuis 2013 et vice-présidente du Parlement depuis 2020, Roberta Metsola, qui fête ses 43 ans mardi, avait récemment gagné en visibilité en assurant l’intérim de David Sassoli, éloigné de l’hémicycle par la maladie pendant plusieurs semaines.

Mais cette mère de 4 enfants s’est aussi attiré les critiques de certains de ses collègues : en cause, ses convictions anti-avortement, une opinion très largement répandue à Malte, dernier pays de l’UE où l’IVG reste complètement illégale.

Clément Beaune, le secrétaire d’Etat français en charge des questions européenne, s’est ainsi dit « gêné par le symbole de son élection », mardi sur France Info.

« La position personnelle de madame Metsola est d’être contre le droit à l’avortement. C’est d’ailleurs la position de tous les responsables politiques maltais. Je le regrette profondément », a-t-il affirmé.

Consciente des réserves qu’elle a suscitées sur cette question, elle a assuré qu’en cas d’élection, son « devoir sera de représenter la position du Parlement », y compris sur les droits sexuels et reproductifs.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, mardi 18 janvier 2022, 20:22

    À titre informatif, ce n'est pas la présidente d'une assemblée qui en dicte les choix et les décisions. Par ailleurs, aussi longtemps que les opinions seront libres sous nos latitudes, ne pas être favorable à l'IVG ne constituera ni un crime, ni un délit. Quant à être conservateur, ce n'est pas non plus forcément une tare. Disons que cela dépend de ce qu'on se soucie de conserver...

  • Posté par Desmet Marc, mardi 18 janvier 2022, 18:15

    Pffffff !!! Pauvre Europe... pour conserver, on va conserver, peut être même retourner en arrière! Malte est à 97% catholique, elles avorteront en Europe "Libre" .

  • Posté par Dubois Raymond, jeudi 20 janvier 2022, 10:32

    Effectivement - Accepter de nommer cette personne à la présidence est une forme de pied de nez à certains européens qui souhaitent faire progresser le destin des femmes - WWWAAAHHH

  • Posté par Druide David, mardi 18 janvier 2022, 16:28

    Et puis on s'étonne du peu d'adhésion au projet européen de la part de la population....

  • Posté par Christian BOULET, mardi 18 janvier 2022, 16:24

    Simone Veil au Panthéon, et l'Union Européenne aux chiottes !

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une