Accueil Société Régions Bruxelles

Bruxelles: une première salle de consommation pour les usagers de drogues

L’ASBL Transit se prépare à ouvrir la première salle de consommation de la capitale. Le projet, porté par la Ville de Bruxelles, vise à ouvrir une porte vers la réduction de risques, un trajet de soins pour les usagers.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 1 min

Liège a la sienne… Dans quelques semaines, la capitale disposera aussi d’une salle de consommation à moindre risque. Objectif : offrir aux usagers de drogues un espace, pour l’inhalation ou l’injection de leurs produits, plus sûr et propre que la rue. Bruxelles suit ainsi l’exemple de dizaines d’autres villes européennes, convaincues que pareil dispositif a toute son utilité dans une logique de réduction des risques. C’est l’ASBL Transit, forte de son expérience dans l’accueil et l’hébergement des consommateurs, qui gérera les lieux, situés dans le quartier Lemonnier. Le projet est porté par la Ville, soutenu par la Région et la Cocom. Concrètement, la salle doit permettre d’accrocher un public de consommateurs qui échappe aux autres dispositifs et de leur ouvrir une porte vers un trajet de soins ou d’accompagnement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, vendredi 21 janvier 2022, 11:25

    La (les ?) "salles de consommation de drogue" est une volonté de certains politiques (eux-mêmes consommateurs) d'ouvrir le marché de la drogue chez nous ... malgré le rétropédalage de nos champions du nord. A ce jeux macabre nous retrouvons bien évidement nos amis escrolos (ils appellent cela "dépénalisation" pour enrober la pilule !).

  • Posté par STORDIAU Pierre, lundi 31 janvier 2022, 17:50

    La face cachée de cette farce est que les décideurs politiques, favorables à la "dépénalisation", sont à la fois "juge et partie" ... puisqu'ils sont eux-même des consommateurs de cannabis ! D'où leur lobbyisme incessant depuis des décades pour changer nos lois.

  • Posté par STORDIAU Pierre, vendredi 21 janvier 2022, 11:32

    Et inutile de me bassiner avec l'abus d'alcool ou la cigarette : on ne remplace pas un mal par un mal en se réclamant du "progrès" !

  • Posté par Noelb Renzo, jeudi 20 janvier 2022, 18:16

    Quel exemple pour les gosses du quartier ! La misère produit de la misère, toujours.

  • Posté par STORDIAU Pierre, mercredi 26 janvier 2022, 22:46

    Oui . Et un Ecolo + un escroc = deux Escrolos !

Plus de commentaires

Aussi en Bruxelles

Le Plan taxi bruxellois avance pas à pas

Le projet d'ordonnance visant à réformer les règles dans le secteur du transport rémunéré de personnes pourrait connaître mardi une avancée importante au parlement bruxellois.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs