Accueil Culture Scènes

Le Boson et ses particules de slow théâtre

Le covid a montré les limites d’un système théâtral productiviste. Embouteillages et cadences de production infernale empêtrés dans les restrictions sanitaires, public essoufflé. Au Boson, à Ixelles, on change de méthode pour valoriser le temps, le soin, la rencontre, la fragilité.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Dans les premières vagues de la crise sanitaire, tout le monde jurait ses grands dieux que l’après-covid ne serait plus pareil. Sur les scènes, en l’occurrence, l’heure était aux remises en question. Et pourtant, aujourd’hui, alors que la situation des scènes est plus tendue que jamais – théâtres en surrégime pour tenter de résorber de monstrueux embouteillages de spectacles alors que, dans un mouvement inverse, le nombre de spectateurs se réduit presque partout, soit par découragement, soit par crainte, soit par dilution dans la surabondance d’offre –, la plupart des institutions sont de retour en mode business as usual. Des saisons remplies comme un œuf, des cadences de productions infernales, une course permanente aux budgets pour y répondre, un rythme de représentations propre à gaver le spectateur-consommateur : les scènes ont pris des allures de zapping permanent, et tant pis si le système craque de toutes parts.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs