Accueil Monde Amériques

La prison de Guantanamo existe depuis 20 ans

Ouverte sur une parcelle de l’île de Cuba en janvier 2002, la prison militaire américaine a vu passer 780 prisonniers, des terroristes présumés. Hors du droit, l’endroit a gravement terni la démocratie américaine.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

La prison la plus célèbre au monde vient de vivre en toute discrétion le vingtième anniversaire de sa création. Guantanamo : un nom qui résonne de manière sinistre depuis deux décennies. Sur ce petit territoire de 121 kilomètres carrés loués par les États-Unis à Cuba depuis 1903, les Américains ont ouvert une prison très spéciale qui accueille depuis janvier 2002 ce qu’ils appellent des « combattants illégaux », des terroristes présumés principalement de la mouvance Al-Qaïda qui avait revendiqué les attentats du 11-Septembre à New York et Washington.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Naeije Robert, mercredi 19 janvier 2022, 17:32

    Article tendencieux. Le taux de récidives connues de crimes terroristes des détenus libérés de la prison de Guantanamo est estimé à près de 30 %. La principale raison pour laquelle Obama n'a pas pu fermer Guantanamo est que les pays d'origine des détenus ont refusé de les reprendre. Il a réussi à en faire accepter un certain nombre par divers états, dont par la Belgique (trois au total, a-t-on un suivi ??) mais les plus dangereux lui sont restés sur les bras. Quant au droit, bien sûr que la capture à l'étranger de terroristes les armes à la main ne peut préserver les procédures d'usage (droit au silence, avocat etc...), et que donc les transférer vers des juridictions civiles régulières équivalaut à une libération immédiate pour fautes de procédure. Des tribunaux de guerre ne conviennent pas davantage, les terroristes n'agissaient pas dans le cadre de guerres déclarées. Disons la vérité: personne ne veut des terroristes qui restent encore à Guantanamo, ils sont beaucoup trop dangereux.

  • Posté par Stoob Spyridon, jeudi 20 janvier 2022, 13:09

    C'est toujours la même chose: soit on est des démocrates et alors non on ne peut pas accepter des accomodements avec les lois que nous votons et les principes que nous mettons en avant quand on se compare à des régimes non démocratiques. A justifier au nom de je ne sais pas quoi la capture des personnes qui n'ont encore fait aucun tort aux USA, leur detention au nom de leurs soi disante dangerosité (bonjour les camps nazi ou le goulag soviétique) ou les assassinats ciblés ne sont en rien différents des actions des Russes que nous condamnons avec des cri d'indignation. On n'est pas dans le livre de Philip K. Dick.

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs