Accueil Société

La prise en charge des victimes de violences intrafamiliales accuse encore trop de faiblesses

Une enquête de suivi menée par le Comité P démontre que la situation ne s’est pas suffisamment améliorée dans les commissariats au cours des 5 dernières années. Un manque de formation et de connaissance de la problématique reste à déplorer. Couplées à d’autres freins organisationnels, ces lacunes compliquent toujours le parcours des victimes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 7 min

En 2015, le Comité P (la « police des polices ») s’était déjà intéressé aux enjeux liés à l’accueil et à l’assistance policière fournis aux victimes de violences intrafamiliales (VIF). De ce travail d’analyse était ressorti un ensemble de recommandations visant à combler un bon nombre de lacunes constatées dans ce domaine.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Chalet Alain, mercredi 19 janvier 2022, 15:51

    Les victimes sont aussi souvent des enfants, parfois en très bas âge. Cet aspect semble totalement ignoré par l'article.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs