Accueil Belgique Politique

MR: le courrier, inquiet, des libéraux progressistes

Regrettant « des positions de plus en plus droitières » de « certaines instances du MR », le « Rassemblement des libéraux progressistes » défend, dans un courrier, ses « convictions libérales et progressistes aujourd’hui malmenées ».

Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 3 min

Entre les deux tours de l’élection à la présidence du MR, fin 2019, Christine Defraigne, candidate battue au premier tour, initiait le « Rassemblement des libéraux progressistes » (RLP), qui se structuraient donc en un courant afin d’être respecté comme tel au sein du MR. Ils rédigeaient aussi un « Manifeste pour un humanisme libéral » définissant leurs valeurs et objectifs sociétaux. Ils étaient alors huit membres fondateurs, élus communaux et militants de différentes provinces. Aujourd’hui, assure Jad Touimi, conseiller communal à Waterloo qui s’exprime au nom du RLP, « nous avons 400 membres en ordre de cotisation et 2.800 sympathisants sur Facebook… soit davantage que le MMC » (chapelle du MR présidée par Marie-Christine Marghem).

Et comme Denis Ducarme, ces libéraux progressistes qui défendent « un libéralisme progressiste, authentiquement social et humaniste » se disent « inquiets de la logique droitière affichée par le président Georges-Louis Bouchez ». Ils ont donc pris la plume pour écrire à leurs « membres et sympathisants, soit près de 3.000 personnes », dans l’espoir que leur courant « soit respecté au sein du MR », comme Georges-Louis Bouchez s’y était engagé en tant que candidat à la présidence. « Mais depuis deux ans », regrette Jad Touimi, « malgré nos demandes répétées de rendez-vous, nous n’avons reçu aucune réponse. Nous espérons désormais être entendus. » Voilà pourquoi, donc, ils ont rédigé ce courrier.

« Des convictions malmenées »

« L’existence de différents courants, depuis la droite conservatrice catholique aux libéraux sociaux et humanistes, a toujours existé », écrivent les six membres du bureau du RLP. Et « le débat d’idées qui en résulte est quelque chose de normal et de sain dans un mouvement qui se veut réformateur et pluraliste. » Mais aujourd’hui, déplorent-ils, « ces convictions libérales et progressistes sont particulièrement malmenées par certaines instances du MR qui revendiquent des positions de plus en plus droitières, officiellement assumées et revendiquées, allant même jusqu’à déclarer “avoir plus de respect pour la constance d’Eric Zemmour que pour Valérie Pécresse”. » « Cela nous choque au plus profond de nous-mêmes », ajoutent-ils, « tant nous sommes profondément convaincus que l’essence même du libéralisme consiste à lutter contre tous les replis identitaires, les communautarismes quels qu’ils soient et de lutter pour l’émancipation de tous dans un Etat laïque, respectueux des convictions religieuses et philosophiques de tous ; c’est-à-dire de combattre sans faille ni complaisance les idées véhiculées par des personnages tel Eric Zemmour et l’extrême droite. Notre opposition envers les extrêmes, qu’ils soient de droite ou de gauche, doit être totale, sans l’ombre d’une reconnaissance quelconque ! »

Les membres du RLP affirment toutefois ne vouloir aucunement « d’une nouvelle guerre des clans ou d’ego qui opposerait l’une ou l’autre personnalité au président en titre ». Mais ils soutiennent toutefois la démarche de Denis Ducarme en faveur d’un courant libéral démocrate au sein du MR.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Pierre, jeudi 20 janvier 2022, 14:07

    Les libéraux progressistes sont chez Défi.

  • Posté par Debersaques Bart, jeudi 20 janvier 2022, 0:18

    Pas moyen de récupérer la dotation par contre quand tu quitte la famiglia.

  • Posté par Debersaques Bart, jeudi 20 janvier 2022, 0:10

    quelle Défi ce Libéralisme

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une