Accueil Société

Justice: transaction validée pour le transporteur Jost

Ce mercredi, la chambre du conseil de Liège a validé la transaction négociée entre le parquet fédéral et huit sociétés du transporteur Jost Group ainsi que Roland Jost et cinq collaborateurs.

Temps de lecture: 2 min

Le montant, qui se chiffrerait en millions d’euros, n’a pas été communiqué.

L’enquête ouverte en 2015 avait mené, en mai 2017, à une vague de perquisitions et à la délivrance de trois mandats d’arrêt, visant notamment le patron, Roland Jost. On soupçonnait, dans leur chef, la mise en place d’un système permettant d’éluder les charges sociales en employant des camions immatriculés dans les pays de l’Est, et ce alors que l’activité était centralisée en Belgique. Ils avaient été inculpés, notamment, de participation à une organisation criminelle, de traite des êtres humains, de blanchiment, de faux et usage de faux, et d’une série d’infractions de fraude sociale (absence de déclaration immédiate à l’emploi, non-paiement de cotisations à l’ONSS…). Une quatrième personne avait été laissée en liberté sous conditions. Les suites d’enquête ont été favorables à la société et ses dirigeants, puisque les faits parmi les plus graves, en l’occurrence la traite des êtres humains, le blanchiment et l’organisation criminelle, « ont été balayées par une ordonnance de non-lieu », a réagi Me Masset, conseil de Roland Jost. Le fait de conclure une transaction pour les faits de fraude sociale, rappelle l’avocat et l’ordonnance qui a été rendue, ne signifie pas que les intéressés reconnaissent leur culpabilité. Roland Jost, a ajouté son conseil, a « préféré comparaître » en correctionnelle « pour quelques-unes de ces matières de droit social. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Société

Un nouveau code pénal présenté avant cet été, mais sans le féminicide

Le ministre de la Justice annonce vouloir passer la réforme du code pénal en première lecture avant l’été. Si celui-ci, vieux de plus de 150 ans, doit être dépoussiéré et mieux organisé, ses auteurs estiment qu’il faut être prudents avec la notion de féminicide, que certains souhaitent y intégrer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko