Accueil Opinions Éditos

Et si la parenthèse, c’était Biden…

Et si la parenthèse populiste n’en était pas une ? Et si la parenthèse était démocratique, avec au bout de ce mandat qu’on aurait voulu réparateur, le retour d’un scénario catastrophe à la Trump ?

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Le soulagement fut ample et profond, mais il fut hélas de très courte durée. Il y a un an, l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche tenait de la sortie d’un cauchemar. Après les années effarantes de la présidence de Donald Trump, après l’attaque du Capitole par une horde d’extrémistes dont on sait désormais qu’ils sont prêts à tout, la présence au sommet d’un homme rassurant et aguerri au pouvoir permettait tout simplement de respirer à nouveau.

Las !, un an plus tard, ce n’est plus « notre Amérique » qui est de retour mais une angoisse sourde, nourrie par cette interrogation croissante : et si la parenthèse populiste n’en était pas une ? Et si la parenthèse était démocratique, avec au bout de ce mandat qu’on aurait voulu réparateur, le retour d’un scénario catastrophe à la Trump ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

18 Commentaires

  • Posté par D L, jeudi 20 janvier 2022, 20:54

    Biden est tout simplement lamentable et son parti divisé avec une aile gauche qui est influencée par Bernie Sanders. La parenthèse, c'est lui qui en est là cause

  • Posté par Frissen Jean-Marie, jeudi 20 janvier 2022, 17:57

    J'en ai déjà parlé ici et oui, malheureusement, Biden est bien la parenthèse. La mainmise de Trump sur le Grand Ole Party est tel que les rares élus qui osent simplement reconnaître la validité des élections de 2020 sont battus au niveau local car Trump exhorte ses partisans à huer le candidat Républicain qui ose s'opposer à lui et à le faire perdre. 75 millions de gens ont voté pour ce type en 2020 : c'est énorme et dans le système électoral archaïque de ce pays à la dérive, c'est révélateur du poids du conservatisme, notamment religieux fanatique (un petit clin d'œil à ceux qui croient que seul l'islam politique est un danger), de la xénophobie, du machisme... Mais c'est aussi, comme dans nos démocraties, le résultat d'une élite culturelle arrogante qui méprise les "petites gens" et veut imposer un modèle sociétal à l'ensemble de la population sans son aval. Je suis un pro-avortement à 100 % par exemple mais quand j'entends un Macron défendre ce droit au niveau européen en niant donc les mentalités ultra-catholiques de certains pays, c'est juste le genre d'attitude à ne pas avoir si on veut éviter de voir le populisme prospérer. A ce niveau, chaque pays, chaquet tradition doivent être respectés, même si on est en désaccord. Afin qu'il n'y ait aucune ambiguïté, Macron reste mon candidat favori chez nos voisins. Mais son attitude est tellement révélatrice de cette élite libérale - dont Mme Delvaux est elle-même un exemple - totalement persuadée de détenir la vérité en tout et en droit de l'imposer à tous. On va finir par le payer très très cher !

  • Posté par STORDIAU Pierre, samedi 22 janvier 2022, 11:43

    @Frissen Jean-Marie. Je pense surtout que tout est une question de TEMPS : le "balancier" est actuellement en faveur de la "droite" .... mais le retour du "grand clown orange" ... je n'y crois pas trop; sauf si grosse tricherie avec l'opération "gerrymandering" ou "red map" !

  • Posté par STORDIAU Pierre, samedi 22 janvier 2022, 11:36

    Nein mein Herr . Entre la "gauche" et la "droite" ; toutes deux battues et vidées par un seul homme en un seul coup; c'est comme la "thèse" et " l'antithèse" qui débouche sur ? >>> Sur La SYNTHÈSE = MACRON ! Ach ... c'est l'ABC de la Dialektik mein Herr ! Ha! Ha! Ha!

  • Posté par Staquet Jean-Marie, jeudi 20 janvier 2022, 21:35

    Comme le disait un très bon auteur du Figaro, le Macronisme est le Trumpisme des élites. Plus aucune retenue envers le petit peuple. Ça s’affiche soi-même en communiant à Lourdes, ce que même le Général s’abstenait de faire, puis ça part dans des croisades morales incompatibles avec la doctrine catholique. Et c’est tout le temps comme ça. Ça parle d’Etat de droit et ça gouverne comme un roi-soleil. Ca refuse de répondre aux journalistes au PE en 5 minutes après, sans aucune gêne, c’est capable de vous sortir une tirade sur le respect de liberté de la presse. La galaxie macroniste collectionne les mises en examen comme on n’a jamais vu, dont trois cas d’agression physique (Avia, Benalla et un député LREM dont le nom m’échappe)… Il en ressort une impression de gens étalant une fatuité arrogante et complètement inconscients du monde qui les entoure.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs