Accueil Marché de l’art

La police fédérale renonce à lutter contre les trafics d’art

La cellule spécialisée dans la lutte contre le trafic de biens culturels a été de facto démantelée au 1er janvier. La Belgique se met à nouveau dans une situation délicate au plan international.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

La police fédérale a mis un terme ce 1er janvier à la cellule Arts et Antiquités, renonçant ainsi à lutter de manière centralisée contre les trafics d’art dans notre pays. C’est ce que dévoile ce jeudi une enquête du magazine Paris-Match Belgique dans la foulée d’une interpellation parlementaire du député Jean-Marc Delizée (PS). L’arrêt de cette cellule a été confirmé au Soir par la police fédérale.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Haegelsteen Philippe, jeudi 20 janvier 2022, 16:54

    C'est véritablement scandaleux, à se demander si nos politiciens ne profitent pas de ces réseaux mafieux qui pullulent en Belgique...

  • Posté par Courtial Sosthène, jeudi 20 janvier 2022, 14:40

    On l’oublie trop souvent mais « le trafic de biens culturels n’est pas un trafic comme les autres. Il est une source importante de financement du terrorisme et représente à ce titre une menace globale, une menace à la paix et à la sécurité. » https://geopolitique.eu/wp-content/uploads/2021/09/Terrorisme-et-art.pdf

Aussi en Marché de l’art

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs