Accueil Culture Scènes

«Ruuptuur»: un sacré tour de manège avec quatre centauresses

Explorant le thème de la rupture, Mercedes Dassy commence par rompre avec les habitudes au profit d’une sorte de puzzle chorégraphique barré et réjouissant.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 3 min

Quatre jeunes femmes sur un plateau aux allures de salle de répétition que l’on aurait oublié de ranger. Sur plusieurs tables posées çà et là, des carnets, des bidons, des fleurs et d’autres éléments épars dont un de ces écrans tactiles colorés servant à créer une ambiance sonore. Tout en passant les spectateurs en revue, les quatre donzelles activent l’une ou l’autre touche créant une succession de sons, de bribes musicales où revient régulièrement le « Besoin de personne… » de Véronique Sanson. On s’amuse de ce brouhaha sonore tout en détaillant le look étonnant du quatuor. Les pantalons de cuir, les bottines noires et le style énergique semblent sortit tout droit de Forces, percutante création chorégraphique de Leslie Mannès à laquelle participait Mercedes Dassy, responsable de ce Ruuptuur.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs