Accueil Culture Livres

Flore Balthazar: «Kristina n’était pas Reine… mais Roi de Suède»

Elle a été la femme la plus puissante au monde, libre dans son corps et dans sa tête. Entre 1632 et 1654, Kristina a tenté de convertir la Suède aux Lumières et jeté les bases du féminisme moderne.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 4 min

Kristina aimait s’habiller en homme, fumer la pipe, conquérir les femmes et refusait de se marier comme d’avoir des enfants. Disciple du « Je pense donc je suis » de René Descartes, la reine de Suède abdiquera par dégoût du pouvoir, avant de se convertir au catholicisme et d’être accueillie à Rome avec faste par le pape Alexandre VII. Sa personnalité libertine et libre-penseuse marquera profondément son temps. Sa vie avait déjà inspiré le théâtre et le cinéma. Deux auteurs belges, Jean-Luc Cornette et Flore Balthazar, lui consacrent aujourd’hui un roman graphique adapté de Christine, la Reine garçon , une pièce du dramaturge québécois Michel-Marc Bouchard.

Où est la part de réalité et de fiction dans le personnage de cette « Reine-garçon » ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs