Accueil Société

Corruption et conflit d’intérêts: la Belgique «busée»

La Belgique n’a mis en œuvre que 2 recommandations sur 22 du dernier rapport de l’organe anticorruption du Conseil de l’Europe, le Greco.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

À l’école, le mauvais élève serait forcé de reconnaître qu’il est busé. Belgicisme fort usité chez nous, il pourrait commencer à se faire connaître dans toute l’Europe au vu du résultat de l’examen catastrophique présenté au Greco, le Groupe d’Etats contre la corruption.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Otte Gérard, dimanche 23 janvier 2022, 2:47

    Pas assez fous pour scier la branche sur laquelle trône leur médiocre pouvoir abreuvé de compromissions inavouables.

  • Posté par Haegelsteen Philippe, vendredi 21 janvier 2022, 13:49

    Pas étonnant que la Belgique devienne une plaque tournante de tous les trafics, drogues, œuvres d'art, armes, corruption, etc., etc. Michel Claise parle de dizaines de milliards qui échappent au fisc. Mais peut être pas à tous nos trop chers politiciens...

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs