Accueil Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 5 min

Plusieurs lecteurs, interpellés par les chiffres de Sciensano, ont écrit à la rédaction du Soir pour souligner une apparente « incohérence » dans les chiffres publiés par l’institut de recherche. Exemple : il y a dans les chiffres de ce vendredi matin 341 admissions à l’hôpital pour cause de covid, et 343 patients sortis, guéris. Si on ajoute les quelques personnes décédées à l’hôpital, il serait logique que le nombre total de lits occupés par des patients covid diminue… vu que le nombre de personnes ayant quitté l’hôpital est plus important que le nombre d’entrants. Sauf que, toujours dans les données de Sciensano, le nombre de lits « covid » occupés augmente. Et pas qu’un peu. On est passé de 2.570 lits occupés dans les unités covid à 2.736 en 24 heures, soit 166 lits de plus. Question légitime : d’où sortent ces patients ? N’y a-t-il pas une erreur dans les données ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

32 Commentaires

  • Posté par curto calogero, dimanche 23 janvier 2022, 14:02

    Vandenbroucke, aujourd'hui sur RTL, a dit que seul les contaminés symptomatique , sont comptabiliser dans les hospitalisations du suivi, Sciensano, il est pas très a jour .

  • Posté par massacry olivier, lundi 24 janvier 2022, 23:28

    Pas très à jour, et non Rantanplan il préfère l'ombre, l'obsucrantisme.

  • Posté par curto calogero, dimanche 23 janvier 2022, 10:02

    Ils faut aussi se poser la questions, actuellement la circulation du virus est très forte, les vacciné peuvent transmettre le virus, ils est facile de dire a quoi servent les vaccins. Oui beaucoup vont dire le mot clé, protéger des formes grave du virus, alors ont peut aller plus loin dans le raisonnement, pourquoi des personnes font des forme grave et d'autres non, je pense que la médecine préventive est sous investi et l'ont crée des oiseaux pour le chat.

  • Posté par Rinchon Bernard, samedi 22 janvier 2022, 9:29

    « des patients qui ne sont pas malades du covid » Je comprends que la situation soit un peu difficile à expliquer et d’ailleurs à comprendre, les commentaires sur ce forum en sont la preuve. Donc à la lecture du titre, on pourrait avoir le Covid et ne pas en être malade. Amusant ! Donc la maladie n’existerait pas lorsque les symptômes ne s’expriment pas. Partant de cet axiome, une tumeur maligne ne produisant pas encore de ravages serait à négliger. Non, n’est-ce pas. On peut très bien souffrir de deux pathologies simultanément , l’une étant plus démonstrative que l’autre donc être rentré à l’hôpital pour celle-là et que les médecins découvrent la deuxième au cours de leurs investigations. Par là-même, il est normal qu’un patient atteint par la Coronavirus (même si pas malade dans le langage de Monsieur Counasse) soit comptabilisé dans les chiffres corona. Laisser cette personne dans un service classique signifierait contaminer l’ensemble de celui-ci. La prudence s’impose. Donc il n’y a pas de « biais » statistique, juste une situation moins simple que la question statistique ne l’envisage.

  • Posté par Bartet Guy, samedi 22 janvier 2022, 17:43

    Ce biais de langage, si je peux l'appeler ainsi, existe dans un autre domaine médical, celui des infections ou maladies sexuellement transmissibles (SIDA, syphilis ou autres). "Dans le temps", on parlait de MST, maladies ST. Aujourd'hui, on dit IST, infections ST. Est-ce par souci de politiquement correct, cette autre maladie actuelle (moins montrer du doigt les personnes atteintes), ou bien pour rappeler que toutes les personnes infectées ne présentent pas de symptôme et qu'il faut rester prudent ? Mystère : -)

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs