Accueil Monde France

Sondages de l’Elysée: condamné à 8 mois de prison ferme, Claude Guéant ira en appel

L’ancien secrétaire général de la présidence sous Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, va faire appel de sa condamnation vendredi à un an d’emprisonnement dont huit mois ferme, avec mandat de dépôt, dans l’affaire des sondages de l’Elysée.

Temps de lecture: 2 min

L’ancien secrétaire général de la présidence sous Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, actuellement emprisonné du fait d’une précédente condamnation, s’est vu infliger vendredi un an de prison dont 8 mois ferme, avec un mandat de dépôt différé, dans l’affaire des sondages de l’Élysée.

Écroué depuis plus d’un mois à la prison de la Santé l’ancien ministre de l’Intérieur Claude Guéant, 77 ans, n’était pas présent dans le box pour la lecture du jugement de la 32e chambre correctionnelle, se faisant représenter par son avocat. Il avait été condamné dans l’affaire des primes en liquide du ministère de l’Intérieur à une peine de 2 ans dont un an avec sursis probatoire. Le tribunal l’a reconnu coupable de favoritisme. Compte tenu de la «gravité» des faits et «de la personnalité» de Claude Guéant, le tribunal a estimé qu’il n’y avait pas lieu d’aménager la partie ferme de la peine.

Patrick Buisson, alors proche conseiller du chef de l’État, a été condamné à deux ans de prison avec sursis ainsi que 150.000 euros d’amende et l’ex-sondeur Pierre Giacometti à 6 mois avec sursis et 70.000 euros d’amende. A l’époque directrice de cabinet, Emmanuelle Mignon a été sanctionnée de 6 mois avec sursis. En revanche, l’ancien chargé de l’opinion Julien Vaulpré a été relaxé.

Dans cette affaire, le tribunal a jugé que les millions d’euros en conseil politique et sondages facturés à l’Élysée entre 2007 et 2012 par les sociétés de Patrick Buisson et Pierre Giacometti, ainsi que par l’Institut Ipsos, avaient bien fait l’objet de favoritisme. Deux contrats signés par Patrick Buisson, 72 ans, constituent en outre bien un détournement de fonds publics à hauteur de 1,4 million d’euros, a expliqué le président Benjamin Blanchet.

Selon ces conventions, l’historien venu de l’extrême droite était rémunéré 10.000 euros par mois pour du conseil et pouvait aussi livrer des sondages à sa libre appréciation: entre 2007 et 2009, il a acheté puis revendu 235 enquêtes d’opinion, avec des marges de 65 à 71%, pour un bénéfice d’1,4 million d’euros.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une