Accueil Société

Prix Maystadt: «Les QCM à points négatifs peuvent mener à une discrimination»

L’Ares a décerné le prix Maystadt aux meilleurs travaux de recherche dans le domaine de l’enseignement. Pour cette troisième édition, la thématique du genre est plus que jamais à l’ordre du jour.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

De plus en plus utilisés en raison du nombre croissant d’étudiants dans l’enseignement supérieur, les questionnaires à choix multiples (QCM) flanqués de points négatifs ont pourtant fait couler beaucoup d’encre. A l’été 2019, Le Soir révélait l’existence d’une différence entre les filles et les garçons dans la réussite de l’examen d’entrée en médecine. Le spécialiste de l’évaluation, Jean-Marc Braibant (UCLouvain), soulignait alors l’existence d’un biais de genre. « Avec des QCM à points négatifs, on teste en fait des variables personnelles liées à l’estime de soi, à la confiance, à la gestion du stress. Les garçons seront, en moyenne, plus à l’aise dans ces situations par rapport aux filles. En fait, les garçons prennent plus de risques et, potentiellement, ils améliorent leur score. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Lhermitte Jean-Yves , samedi 22 janvier 2022, 9:19

    Peut on avoir l intervalle de confiance pour son chiffre de 3% dans les sessions de noel de difficulté facile?

  • Posté par Giefvan Agathe, vendredi 21 janvier 2022, 21:02

    Cela signifie simplement que les questionnaires ont été mal conçus, pas que le principe est mauvais. Par analogie, combien de gens ai-je rencontrés qui affirment "détester les maths (ou les stats)" et, après quelques minutes, concèdent que c'est à cause de mauvais profs ; c'est le prof qui est à blamer, pas la matière. De même, les QCM avec points négatifs sont un outil merveilleux, mais cela demande une formation et une expérience pratique ; on ne s'improvise pas examinateur. – Ce qui rejoint un autre de les mes dadas : le métier d'enseignant et le métier d'interrogateur sont distincts et devraient être confiés à des personnes distinctes, chacune spécialisée (ou simplement douée). Ajoutons que les chercheurs les plus brillants à l'unif étaient les plus mauvais enseignants. Troisième métier. Notre système est absurde.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs