Accueil Société

Le nombre de SDF a encore augmenté en Belgique

Mené par de nombreux acteurs sociaux, des universités (KULeuven, UCLouvain, ULiège) et initié par la fondation Roi Baudouin, le recensement des SDF permet de prendre des mesures plus adéquates et efficaces pour la gestion du sans-abrisme.

Temps de lecture: 1 min

Le nombre de SDF a encore augmenté dans les grande villes de Belgique. Mené par de nombreux acteurs sociaux, des universités (KULeuven, UCLouvain, ULiège) et initié par la fondation Roi Baudouin, le recensement des SDF permet de prendre des mesures plus adéquates et efficaces pour la gestion du sans-abrisme. L’objectif est d’obtenir une cartographie précise du phénomène et de son ampleur, lit-on samedi dans les journaux de Sud Info.

A Bruxelles, on comptait 4.380 adultes et 933 enfants en situation délicate en 2020. A Liège, on recensait en 2020 422 sans-abri. Même constat du côté d’Arlon, avec 149 personnes (3 dans l’espace public) en situation de logement précaire.

À Gand et dans le Limbourg, les chiffres sont également assez élevés. Pour la première ville, 1.472 adultes et 401 enfants ont été comptabilisés par les organisations sociales le 30 octobre 2020. Dans le Limbourg, 932 adultes et 285 enfants étaient sans-abri.

À lire aussi A Bruxelles, l’explosion du sans-abrisme est déjà visible dans les chiffres

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par collin liliane, samedi 22 janvier 2022, 10:39

    Combien d'étrangers par eux , attirés par une aide qu'ils ne reçoivent pas dans leur pays?

  • Posté par Naeije Robert, samedi 22 janvier 2022, 9:56

    Inacceptable. Il faut en revenir à ce qui se faisait encore dans les années 60 et 70t: institutionaliser les vagabonds, pour leur protection et celle des autres. Les enquêtes montrent qu'un tiers des "SDF" sont des cas psychiâtriques, un tiers ont des antécédants psychiâtriques et un tiers sont des des malheureux incapables de se prendre en charge (=se présenter au CPAS demander de l'aide). Les projets de certaines associations de leur installer des abris en rue ne font que fixer le problème sans du tout le résoudre.

  • Posté par J.-M. Tameyre, samedi 22 janvier 2022, 10:31

    @Frissen - Être SDF peut arriver à tout le monde et très vite en plus. Il suffit d'un lourd accident ou d'un divorce mal géré et vous perdez emploi et toit. Il y a aussi des jeunes dont les parents galèrent ou qui commencent à travailler. La drogue et la prostitution, il arrive souvent que ça vienne APRÈS. J'ajouterai que si certains cas sont irrécupérables, la presse a fait ses titres sur une jeune mère de 4 enfants qui ne retrouvait pas de logement en 3 mois après la fin de son bail. C'est le palais qui a fini par s'en occuper, pas le PS, ni le PTB, ni les syndicats, ni les multiples ASBL d'aide aux réfugiés, ni les logements sociaux, ni aucune institution qui occupent plein de gens et coûtent un pognon dingue.

  • Posté par Frissen Jean-Marie, samedi 22 janvier 2022, 10:11

    Oui... demandons à nos amis américains - à plein emploi- comment ils font pour régler ce problème... A mon avis, GLouB connaît la réponse : "il faut baisser les charges des entreprises pour favoriser l'emploi". J'ai envie d'ajouter "de ceux qui se lèvent tôt". Vous savez ces gens qui prennent les transports en commun à 6h30 du matin et rentrent dans les 1500€ par mois net en ayant un loyer de 700... Quant aux SDF, ils l'ont un peu cherché non ces drogués, migrants illégaux, alcoolos et ex-taulards ? Comme c'est facile de trouver des solutions simplistes à des problèmes sociétaux. Dommage de ne pas y avoir pensé avant...

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko