Accueil Culture Livres

Ghislain Cotton, l’homme qui dévorait les livres

Journaliste et écrivain, le Bruxellois Ghislain Cotton nous a quittés à 83 ans.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

Au commencement, il y avait ce grand rire de Ghislain Cotton. Un rire d’accueil, de bienveillance, d’humour décapant. La vie semblait plus légère, le métier plus facile, la ville semblait scintiller sous son regard moqueur. Car celui qui fut le « caporal Cotton », digne descendant d’un soldat anglais laissé en rade à Waterloo, se moquait d’abord de lui-même avant de décaper les autres et, sur l’actualité, il posait un regard aigu et distancié.

Journaliste au quotidien La Cité, qu’il intégra en 1960, ce qui l’intéressait réellement, c’étaient les livres. Il les dévorait, les commentait, il lui arrivait de les descendre en flammes mais c’était rare : il avait plutôt le chic pour découvrir des auteurs encore peu connus, ramener au jour des perles qui sans lui auraient risqué d’être oubliées sur une étagère. Sa culture était immense, encyclopédique parfois, mais il n’en étalait que quelques fragments, au détour d’une blague, d’une citation.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs