Accueil Culture Scènes

Scènes: «Larsen C» à Pays de Danses, glissades et ondulations dans le noir

Au Théâtre de Liège, « Larsen C », fascinante et mystérieuse chorégraphie de Christos Papadopoulos a ouvert le festival Pays de Danses qui, à partir du 28 janvier, pourra à nouveau se dérouler devant des salles pleines.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 3 min

Dans le noir absolu de la salle, une tache pâle apparaît dans le lointain. Figée d’abord puis bougeant légèrement avant de replonger dans le noir. Il faut deux ou trois apparitions pour qu’on réalise qu’il s’agit là du dos d’un danseur, se déplaçant en de lents mouvements de va-et-vient latéraux.

On a à peine identifié la chose qu’une autre vision s’impose. Un corps sans tête glisse lentement en fond de scène. Là encore, il faut un moment pour comprendre ce que l’on voit. Déjà, le corps en question se déplace, se rapproche, se dévoile un peu plus. Le visage et les avant-bras nus sont désormais visibles émergeant d’un océan de noir auquel participent les costumes. Tandis qu’une bande-son distille des vrombissements, souffles et autres bruits non identifiés, le danseur glisse, ondule, se déhanche sans jamais que ses pieds quittent le sol.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs