Accueil Culture Scènes

«Dressing room»: un spectacle où le viol se dénude

Étonnant «  Dressing Room » que cette pièce de François Emmanuel où l’on enfile les fringues en même temps que l’on déshabille la vérité. Marie Bos y est bluffante en reine de cœur bernée par des hommes au sourire de Joker dans une partie de strip-poker où les carrés virent à la curée.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Taille : 1,70 m. Poids : 48 kilos. Tour de poitrine : 64. Bonnet : 85. Tour de hanche : 80. « Longueurs, largeurs, c’est plutôt bien, surtout l’entrejambe, » estime Lol, quand elle se scrute dans les nombreux miroirs qui la cernent. « Pas canon, canon, mais ça va, » s’autocritique-t-elle encore, promenant son allure de gazelle sur un lino blanc brillant mais étrangement froissé, comme un podium de défilé de haute couture que l’on aurait chiffonné, maltraité. Cheveux peroxydés, short moulant, talons hauts, démarche de mannequin : Lol s’expose crûment à notre regard dans cette séance de « fashion sharing » pour nous présenter sa collection de vêtements.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs