Accueil Culture Musiques

Elodie Vignon: légèreté, éclat et émotion

Dans l’air du soir

Fiche - Journaliste au service Culture Temps de lecture: 1 min

Après un premier disque consacré à Claude Debussy, un second à Henri Dutilleux et à Claude Ledoux, la pianiste Elodie Vignon choisit pour son troisième enregistrement chez Cypres de mêler la Suite espagnole d’Isaac Albéniz et des pièces intimes de Franz Liszt. Un programme peu commun, mais des pièces qui se répondent en fait naturellement.

Fresque de l’Espagne, de ses paysages, ses atmosphères, la Suite espagnole trouve sous les doigts de la pianiste, d’origine française mais installée en Belgique, à la fois légèreté, éclat et émotion. Une pièce lumineuse, riche, où l’on retrouve les rythmes endiablés d’« Asturia », le mouvement sans doute le plus célèbre de la pièce qu’Elodie Vignon aborde avec énergie. Et qu’elle complète de manière élégante mais pas démonstrative par les Trois Etudes de concert et les Trois Sonnets de Pétrarque de Liszt.

Cypres

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une