Accueil Culture Mode

Dior, une histoire brodée de toutes pièces

La haute couture n’existerait pas sans l’artisanat. Démonstration par Maria Grazia Chiuri, directrice artistique de la maison parisienne, dans sa collection pour le printemps-été 2022.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

Une grande tente a été plantée dans la cour ensoleillée du Musée Rodin. A 14h30, ce lundi 24 janvier, premier jour de la semaine de la haute couture à Paris, Dior y présentait une ode à l’artisanat et à la broderie, dans un décor de galerie d’art.

Aux murs, des œuvres du couple d’artistes indiens Madhvi et Manu Parekh que 320 brodeuses ont reproduites pendant trois mois pour cette installation de 340 m2 qui sera ouverte toute la semaine au public. 320 brodeuses indiennes : c’est la troisième fois que le décor des défilés haute couture de Dior est réalisé par l’école Chanakya à Bombay où de jeunes femmes apprennent la broderie, dans un pays où ce métier se transmet plutôt de père en fils.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Mode

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs