Accueil Monde Afrique

Burkina Faso: un putsch alimenté par l’échec sécuritaire et la lassitude d’une population appauvrie

Plusieurs facteurs expliquent la prise de pouvoir par les militaires. Mais le rôle de la France reste flou.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Exprimée par Emmanuel Macron, la seule question qui subsiste au Burkina Faso, c’est l’état de santé du président déchu, Roch Marc Christian Kaboré, détenu dans une caserne militaire. Via un communiqué signé par le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo, qui se présente comme le président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), il serait « en bonne santé » mais déchu de tous ses pouvoirs tandis que la Constitution est suspendue, le gouvernement dissous ainsi que l’Assemblée nationale.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs