Accueil Société

Coronavirus: une étude démontre les bienfaits de la vaccination chez les enfants

La vaccination réduit de 90 % les risques de complications chez les enfants.

Temps de lecture: 2 min

Les enfants vaccinés contre le Covid-19 sont mieux armés en cas de contamination, ressort-il de deux études internationales, l’une américaine et l’autre française, abordées mardi lors d’un webinaire organisé par l’UZ Gent.

Une contamination chez les enfants engendre rarement de graves complications, mais le syndrome inflammatoire multisystémique présente tout de même des risques. Il s’agit d’une réaction inflammatoire rare mais grave, qui peut survenir après une infection au Covid-19.

Vu que les réactions sont relativement faibles chez les enfants, certains parents émettent des doutes quant à l’utilité de la vaccination des enfants. « Il est vrai que le Covid-19 est une maladie relativement bénigne pour les enfants », confirme Petra Schelstraete, spécialiste des maladies pulmonaires et infectieuses (UZ Gent).

Le vaccin efficace contre un syndrome dangereux

Cependant, les médecins se montrent plus inquiets lorsqu’il s’agit du syndrome inflammatoire multisystémique (PIMS). « Nous savons qu’un PIMS, avec une incidence de 1 sur 3.000 à 4.000 infections chez les enfants, peut être grave. Nous savons aussi qu’environ 60 à 70 % des admissions pour Covid aux soins intensifs sont la conséquence du syndrome inflammatoire multisystémique. »

Mais le vaccin est efficace contre le PIMS, affirme Petra Schelstraete. « C’est une très bonne nouvelle et cela montre le bénéfice direct de la vaccination. »

Quant aux effets secondaires de la vaccination chez les enfants, aux Etats-Unis, où 8,7 millions d’enfants ont été vaccinés avec Pfizer, à peine 100 cas de fièvre ou vomissements ont été signalés. Parmi ces 8,7 millions d’enfants vaccinés, seuls 12 cas de myocardites ont été signalés.

À lire aussi Dans la famille omicron, il y a trois «frères et sœurs»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

83 Commentaires

  • Posté par Raspe Eric, mercredi 26 janvier 2022, 19:34

    S'il y en a bien un sévèrement atteint qui demande un traitement de cheval illico, c'est bien le cas trilby, le dernier avatar de la smala. Comme le montrent ses délires arrogants et agressifs.

  • Posté par massacry olivier, jeudi 27 janvier 2022, 0:14

    Il rappel un certains <Mr M....s> . Hasard surement.

  • Posté par Trilby T., mercredi 26 janvier 2022, 18:05

    De la même manière personne n'ose non plus affirmer que le professeur Yves Coppieters est un infâme pangolin malfaisant... Pour le reste n'essayez pas vainement de m'attribuer les propos des fantômes complotistes qui hantent vos cerveaux de résistants combattants derrière vos écrans sur le front du journal le Soir... Une chose est certaines vous me faites à chaque fois rire avec vos pseudos arguments... Allez ce coup ci je me casse les branleuses !

  • Posté par STORDIAU Pierre, mercredi 26 janvier 2022, 23:20

    Monsieur (ou Madame ? ou Avatar ?) Trilby T. : je constate que ça fait près de 15 fois que vous nous dites "adieu; j'm casse; bye bye; j'm tire", etc. etc. . Bon, cette fois c'est "Rocky 6" ou bien "Dallas 46ième" ... le retour de JR ? Mdr.

  • Posté par massacry olivier, mercredi 26 janvier 2022, 19:35

    La carte blanche parue dans la Libre est un partis pris ( dont la publication n'est pas indifférente au contexte ),du débat parlementaire actuel, auquel je ne peux adhérer tant factuellement qu'idiologiquement. Ce parti pris de Coppieters est ,ici comme ailleurs, celui d'un libéralisme décomplexe centré sur un individualisme raisonnant, pour lui donc la question de santé publique ne devrait pas reposer sur une politique sanitaire, mais sur l'individu. C'est comme cela qu'il présente la vaccination, une " assurance individuelle", à chacun son choix, oubliant que le cout lui est social, il est étonnant qu'il ne franchisse pas le pas, logique, d'alors aussi lier les hospitalisations à une assurance individuelle, telle qu'est son modèle us. Il oublie aussi que c'est cette "raison" qu'il préconisait après la première vague, conseillant Willemes au relâchement, on a vu ce qu'il en est advenu. Et pourtant il affirme vouloir dissocier les discours et decisions des principes idéologiques, vraiment? Il me paraitrait pas étonnant que ces co-signataires sont des proches de covidrationnels. Il affirme aussi vouloir clarifier les contre-vérités fourmillant ici et là, pourtant pas une seule fois il prend position, de façon claire, pour lutter contre les fakes et intox qui pullulent les reseaux sociaux, sans doute par peur d'éconer son image de gendre-idéal-je-plais-à-tout-le-monde, d'autres on moins de scrupules dans leur démarches d' honnête intellectuelles. La sienne ne parait vacillante lorsqu'il aborde dans son point 1 le rôle de la vaccination contre les contaminations et les formes symptomatiques, mélangeant même les deux dans une même phrase ( " il est vrai que ....). Insister sur l'importance de la vaccination pour les groupes à risques est une évidence, la limiter à eux-seuls et dans le même temps nier le role de la vaccination tant pour tous que contre les transmissions me parait indignent. D'autant plus quand il aime à citer des articles de presse sur la diminution de le temps de l'action du vaccin, mais qu'il tait les rapports factuels belges ou anglais. Sciensano et l'Agence britannique de sécurité sanitaire serait donc dans le faux lorsqu'ils mettent en évidence le frein qu'est la vaccination dans les contaminations, quand ils indiquent clairement le rôle du booster dans la diminution des hospitalisations et des SI. Ces faits ne l'interpellent donc pas! Non la vaccination n'est pas parfaite, mais se pose-t-il la question de savoir ce qu'il en serait sans ! Mais il est vrai qu'il fait le pari de l'immunité naturel, qu'il présente comme conférant < en général une protection plus large et plus durable que la vaccination seule>. Or non cela n'est pas vrai ( et ici étonnement pas de source, de lien). L'année 2020 devrait suffire à le rappeler, faire ce pari est un jeu de roulette russe ! Est-il étonnant que cet argument de l'immunité naturel sonne comme en écho à l'affirmation des signataires de la Great Barrington Declaration, Kulldorff et Bhattacharya disant < l'immunité naturelle est plus forte et plus durable que l'immunité induite par le vaccin">? non, Coppieters&co viennent de s'en réclamer ! La suite de leur propos le prouve, lorsqu'ils affirment qu'un test sérologique devrait être proposer < comme un facteur de détermination de la protection individuelle pourrait avoir tout son sens pour la gestion à long terme du risque épidémique.> Non seulement ces tests ne garantissent rien au niveau individuel ( toujours cette fameuse roulette russe), mais il s'agit bien des mêmes propos, de façon plus subtil, quoique, que ceux de K et B. Mais, < Cette comparaison est complètement hors de propos si la question est de savoir si ceux qui ont une immunité naturelle devraient se faire vacciner ; la comparaison correcte est entre l'immunité naturelle et l'immunité naturelle plus la vaccination. Ce n'est pas un point difficile à saisir. De plus, nous devons considérer qu'il est plus facile de concevoir et de mettre en œuvre un mandat universel qu'un mandat avec une exemption pour les personnes ayant une immunité naturelle> (https://sciencebasedmedicine.org/the-tendentious-libertarianism-of-the-great-barrington-declaration/). Notons aussi que cette carte blanche, comme la GDB, inciste, a juste titre, sur les dégâts que provoque ce covid parmi les populations à risques, oubliant, à défaut, d'incister qu'il fauche tout le monde. Ainsi Coppieters&co oublient que 10% des décès touchent les moins de 60 ans, en temps normal ce fait interpellerait de façon plus urgente, oublient que pour 2021 une surmortalité fut observé chez les 20/44 ans, oublient d'incister sur le fait que 50% des hospitalisations sont le fait des moins de 60 ans, outre fait qui en temps normal nous laisserait pas indifférent ! Mais voila le partis pris est de minimiser le truc, par comparison avec pire. Sa critique du pass vaccinale ne vaut guère mieux, et ne repose que sur le fait que la vaccination est n'est pas total contre les transmissions, que des vaccinés aussi se retrouve à l'hosto. Mais voila, moins, beaucoup moins, les non vaccinés y sont surreprésentés, sont de fait une population à risque. Le cst retrouve là une fonction qui devrait plaire aux tenant de la GDB, protéger les plus à risques, ici les non vaccinés dans l'espace publique ! La solution n'est pas parfaite, mais à défaut de mieux.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko