Accueil Opinions Éditos

On efface (presque) tout ce qu’on a écrit sur l’ancrage public?

On ne peut que saluer l’ambition mise autour de la SFPI. L’accord de gouvernement de la Vivaldi lui a donné une nouvelle mission explicite : « Ancrer en Belgique des entreprises présentant un intérêt stratégique pour notre économie et cela de façon intelligente. »

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

On efface (presque) tout ce qu’on a si souvent écrit sur l’absence d’ancrage public belge ? Le « coming out » de la Société fédérale de participations et d’investissement (SFPI), qui s’affiche désormais comme le bras lourdement armé de l’actionnariat public pour compte de l’Etat fédéral, exige en tout cas une mise à jour.

Rapide rappel. Depuis 1988 et la fameuse OPA ratée sur la Générale de Belgique, les grandes entreprises belges de la finance, l’énergie, l’aéronautique – les « bijoux de famille » – sont passées sous contrôle étranger faute d’un actionnaire privé belge pour les reprendre, ou de fonds publics pour les « ancrer ».

La seule véritable exception est venue de Flandre avec le groupe KBC, né du soutien sans faille d’investisseurs flamands. Le verankering (l’ancrage) fut d’ailleurs une politique stratégique d’un nord du pays soucieux de conserver entre ses mains les leviers de l’économie et de l’emploi.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs