Accueil Société

Fin de partie pour le projet de première maison de détention wallonne à Hodimont

En raison d’une grande mobilisation des riverains, le projet de maison de détention qui devait s’implanter à Verviers, à côté d’une école primaire, a été abandonné. Le secrétaire d’État à la Régie des bâtiments a déclaré s’atteler à trouver un autre emplacement dans la même zone.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

À la fin de l’année passée, l’exécution des « courtes peines » a été reportée encore une fois, pour plusieurs mois, en raison du coronavirus. La pandémie est, sur ce coup, tombée comme une excuse salvatrice : dans les prisons surpeuplées, personne ne savait comment absorber encore quelques centaines (on les évalue entre 4 et 700) de détenus supplémentaires, et ce même si le ministre Van Quickenborne (Open Vld) a évoqué un régime transitoire. Pour ces courtes peines, avec un passage obligé vers la case « prison » à partir d’une peine de 18 mois d’emprisonnement, le ministre de la Justice a prévu ce qu’il a appelé des « maisons de détention », des bâtiments pouvant accueillir entre 20 et 60 détenus et situés en tissu urbain, pour éviter la désocialisation des intéressés. Y seront incarcérées des personnes n’ayant pas été condamnées pour des faits de mœurs, et qui pourront quitter le site en journée afin d’accomplir leurs démarches de réinsertion.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs