Accueil Monde États-Unis

Biden maintient sa promesse de nommer une femme afro-américaine à la Cour suprême

Temps de lecture: 1 min

La promesse du président américain Joe Biden de nommer une femme afro-américaine à la Cour suprême « tient toujours », a fait savoir mercredi sa porte-parole Jen Psaki, alors que les médias américains rapportent la démission du juge progressiste Stephen Breyer de la puissante institution.

« Le président a dit et répété sa promesse de nommer une femme noire à la Cour suprême et cette promesse tient toujours aujourd’hui », a dit Jen Psaki, qui s’est toutefois refusée à confirmer la démission du juge progressiste Stephen Breyer.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Dupont Vincienne, mercredi 26 janvier 2022, 21:19

    Une promesse déplorable, en fait, dans la plus pure tradition de la folie américaine. S'il se fait qu'il y a une femme afro-américaine qui soit la meilleure candidate pour le poste, rien de plus normal que de la nommer. Mais promettre que le poste ira d'office à une femme afro-américaine (et pourquoi pas ajouter transsexuelle et musulmane tant qu'on y est ?) c'est tout simplement de la discrimination. C'est un signe de mépris tant pour la candidate concernée (qui aurait dû être choisie sur d'autres critères que la tonalité de sa peau et les organes qu'elle a dans le ventre) que pour tous les autres candidats (qui se voient injustement écartés d'un poste auquel ils auraient pu prétendre).

  • Posté par Rabozee Michel, mercredi 26 janvier 2022, 22:02

    Ben oui, mais malheureusement, c'est vers ce genre de situation que l'on va de plus en plus, c'est très WOKE. Les compétences ne valent plus rien vis-à-vis du bien pensant, de l'obligation d'équilibre homme-femme - et bientôt -LGBTQIA+ - (Important: je suis pour la diversité, mais, que ce soit en n'importe quel domaine, les compétences doivent primer).

Sur le même sujet

Aussi en USA

Etats-Unis: la Maison Blanche s’en prend à Jeff Bezos

Un porte-parole de la Maison Blanche s’en est pris, lundi, de manière assez inhabituelle au fondateur d’Amazon Jeff Bezos, qui a ouvertement critiqué sur Twitter la politique fiscale et économique de l’administration Biden.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une