Accueil Société

L’Etat belge ne parvient pas à faire expulser un prédicateur de haine

Des rapports de l’OCAM et de la Sûreté de l’Etat décrivent Abdallah Ouahbour comme un prédicateur de haine présentant un haut degré de menace.

Temps de lecture: 2 min

L’État belge souhaite expulser un prédicateur de haine radicalisé basé à Maaseik (Limbourg) estimant qu’il représente une «menace pour la société». Cependant, le Conseil du contentieux des étrangers s’y est opposé, écrivent jeudi les titres du groupe Mediahuis.

Des rapports de l’OCAM et de la Sûreté de l’Etat décrivent Abdallah Ouahbour comme un prédicateur de haine présentant un haut degré de menace.

L’individu serait un des principaux meneurs du «Groupe de Masseik», lié aux attentats de Casablanca et Madrid qui ont fait 250 morts en Espagne en 2003. Un dernier rapport de la Sûreté de l’Etat pointe en outre son soutien moral et financier au groupe terroriste Etat islamique.

L’an dernier, l’Office des étrangers a entamé une procédure pour l’expulsion d’Abdallah Ouahbour, qui est marié et père de deux enfants. En juin, le Secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Sammy Mahdi (CD&V) a tranché que l’homme de 48 ans, qui dispose de la nationalité marocaine mais qui est né en Belgique et y vit depuis 1990, devait quitter le territoire.

M. Ouahbour s’est opposé à son expulsion car il dit souffrir du syndrome de stress post-traumatique et craindre d’être arrêté au Maroc.

Le Conseil du contentieux des étrangers a décidé de rejeter la demande d’expulsion sur base d’autres éléments. Selon cet organe, les rapports de l’OCAM et de la Sûreté de l’Etat ne présentent pas de «base solide» pour expulser quelqu’un du territoire. Les accusations sont «trop vagues» et «trop générales». Le Conseil estime que la Sûreté de l’Etat doit formuler des déclarations plus concrètes. Il pointe en outre que les analyses ont été menées en lien avec une condamnation pour terrorisme, alors que cela ne devrait pas entrer en ligne de compte.

Le Conseil du contentieux des étrangers se penche sur la possibilité de se tourner vers la Cour de Cassation.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par collin liliane, jeudi 27 janvier 2022, 11:46

    Quand va-t-on enfin se rendre compte que mener la lutte contre tout ce qui s'oppose à l'islam est exigé par les textes fondateurs de cette dangereuse doctrine politico-religieuse, dont nous avons la profonde sottise de financer l'apprentissage?

  • Posté par collin liliane, jeudi 27 janvier 2022, 11:38

    Il faut voter pour des politiques qui modifieront les lois afin de ne plus permettre à un pareil laxisme de sévir. En d'autres termes, il ne faut pas voter à gauche et surtout pas Ecolo.

  • Posté par dercq jul, jeudi 27 janvier 2022, 10:26

    Je pense que la stratégie du cdn'v est la bonne dans le contexte politique flamand . En mettant en lumière les incohérences des organisations comme le CPE, UNIA ou le Mrax , ils coupent l'herbe sous le pied du VB . Samy Madhi va faire du bien à ce parti centriste .

  • Posté par Gheys Patrick, jeudi 27 janvier 2022, 9:41

    Ce conseil de la protection des étrangers indésirables est un ramassis d'extrémistes dangereux. Il faut les renvoyer sans tarder dans le pays d'origine de leurs protégés.

  • Posté par D Marc, jeudi 27 janvier 2022, 9:55

    Le Conseil du Contentieux des Etrangers est sans doute utile, une protection contre les erreurs de l'Office des étrangers. On peut cependant remettre en cause le fonctionnement et les décisions de ce Conseil. Il suffit de lire les (non) motivations pour s'opposer à l'expulsion d'un prédicateur de haine, Abdallah Ouahbour.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko