Accueil Opinions

«Déjà vu»: Esprit de clan contre esprit de corps

Le Démocrate Joe Manchin a rappelé de manière cruelle au président Biden qu’aux États-Unis, les sénateurs représentent leur État avant toute autre considération.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

En refusant de soutenir la réforme électorale de Joe Biden, qui visait à empêcher les États de modifier à leur guise les modalités d’organisation des élections, le sénateur démocrate de Virginie-Occidentale Joe Manchin a justifié sa réputation d’« homme le plus puissant de Washington ». C’est déjà lui en effet qui, en décembre, avait envoyé par le fond le volet socio-économique et environnemental du vaste plan de relance du président américain, plombant un peu plus le ciel au-dessus de la Maison-Blanche.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Naeije Robert, jeudi 27 janvier 2022, 12:38

    M Bourton. Votre article est trop tendencieux. Manchin s'oppose avant tout aux mesures trop "keynésiennes" de l'administration Biden à l'heure où l'économie n'en a plus besoin. Il s'oppose aux dépenses climatiques hors contrôle du projet BBB, veut mieux contrôler l'identité des votants (comme chez nous) et s'oppose aussi à l'abolition du "filibuster" qui permet tout simplement d'éviter qu'une majorité trop limitée (une voix au sénat!) impose ses vues à l'ensemble de la population (ce que Biden essaie de faire). Vos insinuations de clientélisme et vos références historico-racialistes sont hors de propos.

Aussi en Opinions

Carte blanche Nous soutenons #JusticeForShireen

Pedro Almodovar, Susan Sarandon, Tilda Swinton, Mark Ruffalo, Eric Cantona, Miriam Margolyes, Jim Jarmusch, Naomi Klein, Peter Gabriel et plus d’une centaine d’autres personnalités du monde culturel de différents pays demandent « des mesures significatives pour que les responsables de l’exécution de Shireen Abu Akleh et de tous les autres civils palestiniens rendent des comptes ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs