Accueil Économie Consommation

Acheter une voiture neuve: un «rêve» en péril?

Les voitures sont de plus en plus cossues et plus chères, d’autant plus si elles sont à propulsion électrique. Alors que la mutation du marché se profile, le commun des mortels pourra-t-il encore acquérir une voiture compatible avec les objectifs climatiques ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 8 min

Un coup d’œil sur les « toutes-boîtes » reçus à l’occasion du Salon de l’auto suffit pour s’en convaincre : une voiture neuve coûte cher. Et si elle est à propulsion électrique, c’est bien pire encore…

Selon le prospectus de Citroën, par exemple, alors qu’il faut déjà débourser 18.520 euros, hors « prime de recyclage » pour s’offrir une C4 en version essence, la facture grimpe à 30.460 euros pour sa version électrique, soit un surcoût de… 65 %. Chez Renault, la Twingo électrique démarre à 19.395 euros (prime de recyclage déduite, dans ce cas), soit un prix 55 % plus élevé que sa version thermique…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par J.-M. Tameyre, mardi 3 mai 2022, 8:42

    Le parc des voitures de société est renouvelé tous les 4 ans. La simple fiscalité des voitures thermiques récentes rend le véhicule thermique 3x plus coûteux pour nos commerciaux. La plupart du personnel opte pour une plug-in hybride. Sauf que... La recharge de ces voitures donne 60 kms d'autonomie. Certaines marques ont bridé la recharge : même si vous avez du triphasé ça prend... 5 heures ! Quand la batterie est vide, on passe au thermique avec un réservoir de... 35 litres et une consommation de 9 l./100 (la voiture porte 300kgs de batteries, elle est surélevée et le réservoir est amputé). L'un dans l'autre l'autonomie de ce "miracle" de 45000€ est de... 400 kms. Il y a 25 ans, je faisais 1400 bornes avec un plein et je consommais 6l/100 sur autoroute. À Bruxelles, les Écolos interdisent maintenant les câbles sur les trottoirs. Et vous, qu'allez vous faire maintenant que les naziverts ont imposé leurs "géniales idées" ? Déménager ? Renoncer à votre voiture devenue à la fois impayable et inutilisable ?

  • Posté par Ramscheidt Geoffrey, vendredi 28 janvier 2022, 21:35

    l avenir de l automobile n est il pas dans sa location? L individu de va t il pas piocher à l avenir du moyen de transport d après ses besoins quotidien?

  • Posté par Ramscheidt Geoffrey, vendredi 28 janvier 2022, 21:37

    ...à l avenir dans l offre du moyen de transport d après ses besoins quotidiens.....

  • Posté par Casier Etienne, vendredi 28 janvier 2022, 16:21

    Un extrait de l'interview de Carlos Tavares, le patron du groupe automobile Stellantis. "...Sa deuxième attaque concerne le prix des voitures électriques : il rappelle que le coût des technologies électriques est 50% plus cher que celui des voitures thermiques et il précise que pour amortir ce coût, le secteur automobile devra faire des gains de productivité de 10% par an alors que ce secteur enregistre en moyenne des gains de productivité de 2 à 3% par an seulement. Donc, pour Carlos Tavares, c'est simple, la classe moyenne risque de ne pas pouvoir se payer une voiture électrique de 30.000 euros. En filigrane, quand il dit que les gains de productivité devront passer de 3% par an à 10% par an, comprenez que l'industrie automobile va encore plus automatiser ses processus de fabrication. Il y aura donc de la casse sociale à la clé. Carlos Tavares ajoute que l'Etat sera encore sollicité pour subsidier ces voitures électriques, ce qui creusera plus le déficit de l'Etat et donc la dette publique. Enfin, Carlos Taveres explique qu'une voiture électrique doit rouler au moins 70.000 kilomètres pour compenser l'empreinte carbone liée à la fabrication de sa batterie. Bref, vous l'avez compris, c'est une attaque de front contre la politique énergétique européenne." extrait de https://trends.levif.be/economie/politique-economique/la-voiture-electrique-miroir-aux-alouettes/article-opinion-1517299.html

  • Posté par Ramscheidt Geoffrey, vendredi 28 janvier 2022, 21:39

    Belle analyse que je partage

Plus de commentaires

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs