Accueil Société

Les carnavals à nouveau victimes de la crise sanitaire: survivront-ils?

Comme à Binche, les annulations se succèdent. Les traditions de chez nous, qui tissent du lien social, résisteront-elles à plusieurs années d’épidémie ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 6 min

C’est une hécatombe. Lundi, dans une ambiance dramatique, Laurent Devin, le bourgmestre PS de Binche, et l’association pour la défense du folklore annonçaient avec « une tristesse infinie » l’annulation pure et simple du carnaval qui fait la renommée de la ville, notamment depuis sa reconnaissance par l’Unesco en 2003. La petite cité avait déjà été privée de son folklore en 2021, après être passée à travers les gouttes de la pandémie en février 2020, juste avant le confinement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Ramscheidt Geoffrey, lundi 7 février 2022, 21:00

    Le Codeco m’a « tuer », ça pique les yeux...pas de correcteur d orthograve au swaaarrrrr?

  • Posté par Desmet Marc, dimanche 30 janvier 2022, 19:49

    ..... résisteront-elles à plusieurs années d’épidémie ? Bien sûr que OUI, pour rappel le carnaval de Binche à été supprimé pendant SIX ANS vers 1940 / 1945 mais à cette époque on savait probablement faire la part des choses... La fête ne sera que plus belle en ....

  • Posté par Vandenhaute Patrick, dimanche 30 janvier 2022, 16:18

    On peut remplir les stades de foot, mais on annule le carnaval, chercher l'erreur.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, dimanche 30 janvier 2022, 12:59

    Excellente occasion de mettre fin à ces traditions européennes patriarcales d'un autre âge pour introduire plus de d'Inclusivité et de Diversité!

  • Posté par Deladrier-rase , dimanche 30 janvier 2022, 12:20

    C'est juste scandaleux alors qu'on laisse manifester des milliers de personnes à Bruxelles. Celui qui aurait peur d'attraper le covid au carnaval n'a qu'à rester dans sa cave. La phrase "le codeco m'a tuer" avec cette ortographe, est une référence à une affaire criminelle des années '90... (Omar m'a tuer)

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs