Accueil Société Enseignement

Coronavirus: sept parents sur dix sont favorables à la fin des fermetures de classes dès quatre cas

La plupart des parents se disent stressés, épuisés voire dépassés par le fait de travailler et de garder leurs enfants en même temps. Un sondage réalisé par la Ligue des familles fait le point sur le sentiment des parents.

Temps de lecture: 3 min

Près de sept parents sur dix (68 %) accueillent favorablement la fin, dès ce vendredi, de la fermeture des classes dès quatre cas, ressort-il d’un sondage mené ces derniers jours en ligne par la Ligue des familles. La plupart des parents se disent épuisés, voire dépassés, utilisant les mots galère, stress, chaos pour décrire la menace d’une fermeture de classe en permanence et le fait de mener de front travail et garde des enfants. Dès lors, 78 % d’entre eux réclament un congé rémunéré à 100 % pour s’occuper de leur progéniture.

Depuis la rentrée de janvier dernier, 41 % des parents ont déjà fait face à une fermeture de classe ou de crèche d’un enfant, et 55 % depuis le mois de septembre. Confrontés à des difficultés majeures à assurer la garde de leurs enfants tout en travaillant, 77 % des parents se disent épuisés par cette situation, 83 % agacés, 57 % dépassés, liste la Ligue des familles, qui a interrogé 1.380 personnes ayant au moins un enfant en crèche ou dans l’enseignement fondamental. Ils sont aussi très nombreux à craindre pour leur santé mentale (64 %) et pour celle de leurs enfants (59 %). Enfin, 60 % sont inquiets pour la scolarité de leurs enfants.

Plus d’un parent sur deux (56 %) aurait souhaité que la nouvelle mesure s’accompagne de la fin du port du masque pour les enfants. Au contraire, 18 % des interrogés auraient souhaité une fermeture complète des écoles le temps que la situation sanitaire s’améliore.

Quand une classe ou une crèche ferme, le plus souvent, les parents confient l’enfant aux grands-parents (37 %) qui sont, pour 74 % d’entre eux, âgés de 65 ans et plus. Ce qui ne manque pas d’interpeller alors qu’un des objectifs de la fermeture des classes est de protéger les personnes les plus à risque, relève la Ligue des familles. S’ils indiquent se sentir mal d’agir de la sorte, les sondés disent ne pas avoir d’autre possibilité.

Quatre parents sur dix (41 %) télétravaillent tout en s’occupant de leurs enfants, ce qu’ils sont nombreux à décrire comme « l’enfer », « stressant » alors que plus d’un tiers des répondants (36 %) utilisent leurs jours de vacances annuelles.

Enfin, 10 % des parents sont contraints de laisser leur enfant de moins de 12 ans seul pour aller travailler tandis que 8 % paient quelqu’un pour s’en occuper si la classe ferme. 22 % des parents ont en outre déjà recouru au chômage temporaire pour quarantaine d’enfant.

Face à cette situation, 78 % des parents réclament un congé rémunéré à 100 % pour s’occuper de leurs enfants. Une mesure qui reste nécessaire, estime la Ligue des familles, puisque des enfants seront toujours en quarantaine et puisque des classes continueront à fermer. La plupart des sondés souhaitent en outre que si l’on recourt massivement à des autotests dans l’enseignement, ceux-ci soient accessibles gratuitement.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Dedecker Nicolas, vendredi 28 janvier 2022, 12:23

    Reste à leur enlever les masques de la honte… pauvres gamins, maltraités à cause de l’égoïsme et de la lâcheté des adultes…

  • Posté par massacry olivier, samedi 29 janvier 2022, 19:16

    Petit nicolas, 1) la loi de grand nombre voila un fait qui te reste à jamais étranger, toi tu milite pour la propagation du virus, tant si logiquement il y plus d'enfant à l'hosto, c'est < naturel>, 2) la même AT se dit favorable à la vaccination des enfants,

  • Posté par Smyers Jean-pierre, samedi 29 janvier 2022, 15:05

    Leçon n°1 du parfait petit jésuite ou du négationniste d'extrême droite: ratiociner sans cesse; leçon n°2: dé-contextualiser. N°3, affirmer péremptoirement. N°4 répondre à côté. N°5: glisser sur les réponses qui dérangent. N°6 utiliser un vocabulaire et des méthodes dépréciatives.

  • Posté par Dedecker Nicolas, samedi 29 janvier 2022, 0:35

    Massacry, décidément vous avez décidé de vivre dans la peur panique (ou dans la mauvaise fois crasse?). C’est votre choix finalement et dommage pour vous… mais n’obligez pas les autres à vous suivre dans vos délires… Allez, je vais tenter de vous rassurer une fois de plus, lisez la suite de l’article que vous mentionnez (au titre anxiogène je vous l’accorde, comme souvent depuis le début de cette crise)… un extrait : « A.T. : Pour le moment, dans les services de pédiatrie, nous voyons de nombreux enfants hospitalisés suite à un test PCR positif. Cependant, la plupart d’entre eux sont peu malades. Une large proportion de ces enfants sont des bébés de moins de trois mois. A cet âge-là, ils sont hospitalisés de manière systématique pour investigation de la fièvre quel que soit leur état clinique. Le plus souvent, ils sont surveillés pour s’assurer qu’ils n’ont pas une infection plus grave qui nécessiterait un traitement antibiotique et n’ont pas besoin d’oxygène suite au covid. Une autre partie importante de ces enfants sont des patients hospitalisés pour d’autres raisons (chirurgie programmée, infection urinaire…) et chez lesquels le frottis de dépistage à l’admission à l’hôpital est positif. Ceci est le reflet de la circulation très importante du virus dans la population actuellement, pas spécialement d’un virus qui touche plus les enfants ».

  • Posté par massacry olivier, samedi 29 janvier 2022, 0:21

    https://www.lesoir.be/420980/article/2022-01-28/coronavirus-une-admission-lhopital-sur-cinq-concerne-un-enfant-de-moins-de-12 ....

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une