Accueil Le nucléaire belge

Nucléaire: «On peut garder deux réacteurs pour faire de la chaleur ou de l’hydrogène»

Le député bruxellois Christophe De Beukelaer (CDH) défend l’option de la prolongation de la durée de vie de deux réacteurs. Mais si le gouvernement décide d’arrêter la production d’électricité, il propose de conserver les centrales pour alimenter des réseaux de chaleur.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Notre première option, c’est la prolongation de la durée de vie des deux réacteurs les plus récents ». Christophe De Beukelaer, député régional bruxellois (CDH) et spécialiste des questions du climat et de l’énergie de son parti, ne se fait pourtant guère d’illusions sur le sort de Doel 4 et Tihange 3, qui devrait être définitivement tranché par le gouvernement le 18 mars. « Ce que je vois, c’est que le MR et Ecolo ont cochonné le dossier, et que la sortie est inéluctable », constate-il. « Je ne crois pas à la date du 18 mars. Le gouvernement dit que si la sécurité d’approvisionnement n’est pas garantie, on pourrait prolonger le nucléaire : mais pour moi, la messe est déjà dite. La preuve ? Le MR a engrangé les quatre fois 25 millions d’euros pour le nucléaire à long terme (le gouvernement a convenu d’attribuer 100 millions d’euros à la recherche sur les réacteurs nucléaires de quatrième génération, NDLR). C’est la compensation pour la non-prolongation.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Weissenberg André, vendredi 18 mars 2022, 10:47

    Idéalement, il faudrait prolonger au moins 4 réacteurs, pour une durée de 20 ans. Il faut le temps de construire et de mettre en service de nouvelles unités nucléaires. Pas question de poursuivre les investissements dans le piège à cons qu'est la transition énergétique, qui fait exploser la facture énergétique du pays et bénéficie exclusivement aux promoteurs, tant économiques qu'idéologiques, du gaz et des énergies intermittentes. Les énergies intermittentes ne sont en aucun cas une solution structurelle; elles ne peuvent servir ni comme appoint ni encore moins comme socle de notre mix énergétique futur.

  • Posté par Constant Depiereux, vendredi 28 janvier 2022, 15:14

    Quelle suggestion intelligente : on continuera à produire des déchets dont on ne sait que faire et à conserver des installations vétustes, sujettes à sabotage inexpliqué et de sécurité douteuse (voir la récente interdiction de photographier les centrales).

  • Posté par Rabozee Michel, vendredi 28 janvier 2022, 16:43

    Tout en payant un maximum le gaz pour produire l'électricité... Oui, comme raisonnement, c'est un peu con con... Si on garde les centrales, c'est pour leur production électrique ! (Et on a vu qu'en 2021, heureusement qu'on les a, les centrales. Pareil lors de cet hiver-ci: peu de vent, pas de soleil, on est mal pour 2025 !

Aussi en Le nucléaire belge

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs