Accueil Monde Europe

Bloody Sunday: un demi-siècle de lutte pour la justice

Cinquante ans après le massacre, les familles refusent de tourner la page : les soldats qui ont tiré dans la foule n’ont jamais été condamnés. Certains ont même été promus.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

C’est l’une des tragédies les plus médiatisées de la guerre civile nord-irlandaise. Le dimanche 30 janvier 1972, des familles catholiques de Derry se rassemblent pour manifester pacifiquement contre leurs conditions de vie. Discriminées, elles peinent à avoir accès à l’emploi, au vote et au logement. Pire : une loi récemment votée permet alors à la police d’emprisonner sans procès toute personne soupçonnée de faire partie de l’IRA, l’armée républicaine irlandaise qui tente de reprendre par les armes le contrôle de la province.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Jeanine Delhait, mardi 1 février 2022, 8:20

    les crimes des puissances occupantes ne sont jamais punit et le négationnisme historiques et un double crime

  • Posté par Naeije Robert, lundi 31 janvier 2022, 8:29

    Il est inconcevable d'écrire un article aussi partisan un demi-siècle après les événements. L'activisme fanatico-romantique pour la réunification de l'Irlande n'est pas mort, sauf très majoritairement ... en Irlande. Des tentatives d'organiser à Dublin des hommages à Richard Casement se sont heurtés récemment à une glaciale indifférence

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs