Accueil Belgique Politique

L’énergie, symbole d’un gouvernement embourbé

Quatre mois après le début des discussions, les vice-Premiers ne se sont toujours pas entendus sur un coup de pouce (urgent) sur la facture d’énergie. Que peut faire la Vivaldi, au-delà de gérer la crise sanitaire ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Les prix de l’énergie flambent depuis plusieurs mois, et le gouvernement fédéral ne parvient pas à s’entendre sur la manière d’aider les consommateurs à passer le cap. La discussion a commencé… fin septembre, et le grand compromis se fait toujours attendre. Soyons de bon compte : le fédéral est parvenu à passer les fêtes grâce à un accord visant à élargir et prolonger le tarif social, mais c’était un rempart éphémère face à la flambée des prix.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Jean Luc, dimanche 30 janvier 2022, 21:07

    C'est au contraire le signe d'un gouvernement très efficace: plus tarde l'allègement des souffrances de la population, plus il se fait de pognon grâce aux accises et à la TVA !!!

  • Posté par Baeyens Remi, dimanche 30 janvier 2022, 16:47

    Si je comprends bien notre gouvernement il y a du bon CO2 et du mauvais CO2. Allez comprendre !

  • Posté par Miguel ----, samedi 29 janvier 2022, 7:32

    Pourquoi le prix grimpe ? Les taxes, la dependances à des sources tiers. Comment reduire les prix ? Réduire les taxes, generer sa propre énergie (et creer indirectement de l'emploi). Mais cela veut dire aussi que l'état va perdre des revenus. Malheureusement nos politiciens ne font pas de bon choix je pense... un jour nous devrons en venir a generer nous même notre propre énergie je le crains sous peine vu les prix, ou alors subire

  • Posté par Fonder Daniel, samedi 29 janvier 2022, 4:44

    Les prix grimpent par un marché où il y a trop peu d’énergie, où même certains stockent pour spéculer. La faute à la sortie anticipée de certaines énergies. Et là … il y a celles nuisibles pour l’évolution climatique et d’autres qui le sont moins …. Et chez nous, on supprime les secondes par idéologie.

  • Posté par Miguel ----, samedi 29 janvier 2022, 7:34

    La reponse afin de subvenir au besoin d'aujourd'hui et demain (voiture électrique) tout en réduisant l'impact climatique... le nucleaire mais là... En attendant les prochaines élections

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs