Accueil Économie Consommation

Derrière l’inflation canon, une flambée de l’énergie et une hausse de l’alimentation

L’indice des prix à la consommation s’emballe surtout à cause du gaz, de l’électricité et des produits pétroliers. Mais gare aux denrées ! Dans les supermarchés, les tarifs ont commencé à grimper.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

C’est fou comme la vie est chère. Cette complainte de très nombreux Belges ne manquera pas s’amplifier au regard de l’indice des prix à la consommation de janvier que Statbel (SPF Economie) a publié ce vendredi. Et pour cause : ce mois-ci, comparativement à janvier 2021, l’inflation atteint un niveau qu’on n’avait plus vu depuis 39 ans – il faut remonter à août 1983 pour trouver pire. La voici à 7,59 %, alors qu’elle se situait à 5,71 % en décembre dernier, indique Statbel. Notons d’ailleurs qu’un tel bon mensuel de l’indice des prix à la consommation (+2,23 %) est inédit depuis… mars 1951 (+2,93 %) ! Formulons-le autrement : le coût de la vie quotidienne s’emballe à une vitesse et dans des proportions étourdissantes. Pour s’en convaincre, regardons dans le rétroviseur : il y a tout juste un an, l’inflation n’était que de 0,26 %…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Dr Mi, dimanche 30 janvier 2022, 9:16

    Quelle honte, et le gouvernement n'arrive même pas à s'entendre pour protéger les citoyens !

  • Posté par Wathelet Michel, dimanche 30 janvier 2022, 8:52

    sans oublier l'effet de pauvreté suite à ces paramètres de la vie quotidienne. Deux acteurs sur les prix, les producteurs et l'état. La masse salariale bloquée les producteurs ont toute latitude, l'état laisse filer les prix, les travailleurs, dont les revenus sont en-dessous de 2000 euros nets par mois, les esclaves modernes vont largement s'appauvrir encore plus. Espérons que la marmite n'explose pas.

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs