Accueil Culture

La Botte, toujours reine de la chaussure

Premier exportatrice européenne, elle vend en France, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en… Chine. L’Italie est bien dans ses pompes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Non, la chaussure italienne n’est pas morte. Malgré l’assaut de la Chine et du Vietnam, il suffit d’une ampoule, d’un durillon, d’une chute ou d’un champignon pour qu’elle se rappelle à notre bon souvenir.

Le cuir qui sent bon – et toutes les alternatives « animal friendly » –, la bonne couture qui ne frotte pas, la bonne semelle qui ne se décolle pas : les grandes marques n’hésitent pas et continuent à fabriquer dans la région des Marches, en Toscane, en Lombardie ou en Vénétie. Les Italiennes comme Fratelli Rossetti, Tod’s ou Santoni, Françaises comme Roger Vivier, Britanniques comme Church’s (désormais groupe Prada) connaissent comme leur poche ces coins fourmillant de petites et moyennes entreprises qui n’emploient généralement qu’une cinquantaine de personnes. A elle seule, la ville de Montegranaro (province de Fermo, dans les Marches, en Italie centrale, 13.400 habitants pour la taille de Verviers) compte 300 PME spécialisées dans la chaussure…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs