Accueil Économie

Le directeur d’école compte sur les panneaux solaires

A l’instar des ménages, les écoles aussi vont souffrir de la hausse des prix de l’énergie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

C’est le jour de la visite médicale pour les élèves de l’école Saint-Martin à Assesse. Le directeur, Thierry Scoyer, les accompagne. Au four et au moulin depuis le début de la pandémie, il doit ajouter la facture d’énergie à la liste de ses tracas quotidiens. A l’instar des ménages, les écoles vont elles aussi souffrir de la hausse des prix de l’électricité et du mazout. « Habituellement, nous utilisions 4.000 litres de mazout par an. Pour l’année 2020, le montant s’élevait à 8.366 euros. En 2021, nous étions à 10.910 euros (+ 30,4 %). Nous n’osons imaginer l’impact prochain sur les frais de fonctionnement. »

Comme de nombreuses écoles du réseau catholique, l’établissement de la petite commune namuroise passe par la centrale de marché du Segec (le Secrétariat général de l’enseignement catholique) afin d’obtenir un tarif préférentiel. « Je ne possède pas encore d’estimation pour l’année 2022, mais on m’a clairement dit que la facture serait salée. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs