Accueil Économie

Une vache à lait d’UCB menacée aux États-Unis

Un producteur de médicaments génériques attaque le brevet protégeant une molécule d’UCB aux États-Unis. L’enjeu est colossal : les ventes du « Vimpat », un médicament anti-épileptique, devraient sous peu y dépasser les 700 millions d’euros.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

La convoitise, encore et toujours ! En l’espèce, celle suscitée par les perspectives de ventes aux États-Unis d’un médicament vedette d’UCB, le Vimpat, que lorgnent déjà plusieurs producteurs de médicaments génériques soucieux de pouvoir exploiter la molécule dès avant l’expiration du brevet qui la protège.

En ce début de semaine, Argentum Pharmaceuticals, l’un de ces fabricants de génériques, annonçait avoir convaincu les autorités américaines de « passer en revue » le brevet qui protège, jusqu’en mars 2022, ce médicament dédié au traitement de l’épilepsie. Dans la foulée, le titre de l’entreprise pharma belge dévissait mardi de plus de 7 % à la Bourse de Bruxelles, les marchés se montrant évidemment inquiets quant aux conséquences d’une éventuelle perte de protection.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs