Accueil Culture Livres

Art Spiegelman, «vulgaire»

Le billet d’humeur de Jean-Claude Vantroyen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

On est abasourdi. Art Spiegelman, « vulgaire et inapproprié » ? Vraiment ? C’est ce que pense en tout cas le directeur d’une école du comté de McMinn, dans le Tennessee. Il a fait interdire le chef-d’œuvre de Spiegelman, Prix Pulitzer 1992, Maus. Une bande dessinée dans laquelle l’auteur revient sur l’enfer qu’ont vécu ses parents, emprisonnés dans les camps de concentration nazis. La commission scolaire, soutenue par le directeur, l’a banni, cet ouvrage essentiel sur l’Holocauste, car il contiendrait trop d’images de nudité et de violences à leur goût : « On y voit des gens pendus, des enfants massacrés… Comment le système éducatif peut-il promouvoir ce genre de choses ? », dit-on à McMinn, selon le Guardian. L’un des administrateurs de l’école ajoute le ridicule au scandaleux : « Si je ne me trompe pas, cet homme a fait des illustrations pour Playboy. » Un péché mortel ! Art Spiegelman encaisse le coup.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Leleux André, dimanche 6 février 2022, 12:08

    Peu importe qui l'a dit, mais en voici une brillante illustration : ils sont bien passés de la barbarie à la décadence sans connaître la civilisation. (Soyons de bon compte : heureusement pas tous). Reviens, Donald (mais là c'est de l'ironie vraiment hors de propos)

Aussi en Livres

Les chambres d’hôtel des écrivains: Jack Kerouac et le Chelsea Hotel à New York

« Refuge » légendaire d’artistes, poètes, musiciens, réalisateurs et écrivains fauchés dans le New York des années 1940-1950, le Chelsea Hotel incarne presque à lui la culture populaire d’après-guerre et continue d’inspirer des générations d’auteurs, avec ses innombrables glorieux fantômes. Fermé pendant une décennie pour réparer les outrages du temps et de la nature humaine, il rouvre progressivement ses portes au public, étage par étage, rénové de fond en comble. Ou presque.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs