Accueil Société

Des laboratoires pointés du doigt pour des facturations douteuses

Une enquête menée dans 12 labos révèle que les prestataires non conventionnés, seuls autorisés à facturer des suppléments, prestent quatre à cinq fois plus que leurs collègues conventionnés. Test-Achats et Solidaris veulent mettre fin à ces suppléments.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 4 min

Lorsqu’un patient se voit prescrire une analyse sanguine ou biologique par un médecin ou un spécialiste, il a rarement une idée du coût que celle-ci va représenter, notamment si elle va contenir des suppléments d’honoraires facturés par les biologistes qui vont effectuer les examens. Et pourtant, depuis 2017, une réglementation stipule clairement que les suppléments ne peuvent être facturés que si le patient en a été informé et a marqué son accord. « Les patients ne vont pas payer sciemment des suppléments s’ils en sont informés », explique Jean-Marc Laasman, conseiller stratégique pour les matières fédérales auprès de Solidaris. « Or, alors qu’on aurait pu s’attendre à une diminution de ces suppléments voire à une disparition de ceux-ci depuis 2017, on constate que ce n’est pas le cas. Rien que chez Solidaris, ces suppléments d’honoraires facturés par les laboratoires de biologie clinique représentaient 2,5 millions d’euros en 2019.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, vendredi 4 février 2022, 19:22

    Beaucoup d'analyses sont totalement automatisées.

  • Posté par Vador Dark, vendredi 4 février 2022, 9:35

    Triste société ou la fraude semble devenir la norme.

  • Posté par Casier Etienne, vendredi 4 février 2022, 7:55

    Les laboratoires d'analyse médicale dégagent de juteux profits. Sur le dos des contribuables et de l'INAMI. Lire notamment l'article "Forse winstmarges helpen labo-echtpaar aan miljard euro" paru dans De Standaard le 21 septembre 2020 https://www.standaard.be/cnt/dmf20200920_97630361?utm_source=standaard&utm_medium=newsletter&utm_campaign=blikopener&adh_i=b267a4623612042786b5c0356d377954&imai=&M_BT=1469498821345

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs