Accueil Monde

«Au Congo, une grande déception populaire»

L’arrivée de la Chine, non liée au sombre passé colonial, avait suscité de grands espoirs chez les Congolais. Face aux abus et à la corruption, ces espérances se sont envolées.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Prenons le cas de la RD Congo. « Lorsque les autorités congolaises ont commencé à signer des contrats avec les Chinois, cela avait suscité beaucoup d’espoir : enfin un nouveau partenaire qui n’était pas lié au sombre passé de la colonisation », analyse Jimmy Kande, président du Réseau panafricain de lutte contre la corruption « Unis », et membre de la coordination Le Congo n’est pas à vendre.

« Mais plus d’une décennie plus tard, les gens se posent des questions. On nous avait vendu une coopération gagnant-gagnant, des contrats plus avantageux pour le Congo : grande est la déception populaire, notamment autour de projets de premier plan signés par l’ancien chef de l’État qui prévoyaient des travaux d’infrastructures contre les richesses minières : la partie chinoise n’a respecté que 25 % de ses engagements alors que l’extraction minière au bénéfice des Chinois, elle, tourne à plein régime… »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs