Accueil Monde Afrique

Relations Chine-Afrique: la fin des illusions

Après 20 ans de prêts chinois généreux, de chantiers prestigieux, l’Afrique peine à rembourser ses lourds emprunts. Et Pékin réalise que l’Afrique n’est pas l’eldorado rêvé. L’occasion pour chacun de réévaluer sa stratégie ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 7 min

La Chine avait déjà été le partenaire très politique de plusieurs pays africains au lendemain des indépendances, mais, au tournant du XXIe siècle, l’Afrique était devenue pour Pékin le territoire de tous les possibles : un continent riche en ressources, négligé par l’Occident, où la puissance chinoise pouvait se poser en partenaire solidaire, se faire de nombreux amis et permettre à ses entreprises d’y dérouler leurs nouvelles technologies.

« D’un point de vue économique, il est évident que la Chine est devenue un acteur majeur sur le continent africain », détaille Cédric Leterme, chargé d’étude au Cetri (Louvain-la-Neuve). « C’est le premier partenaire commercial du continent, le premier prêteur aussi : la Chine s’est montrée la plus volontaire pour financer des projets non liés à des conditionnalités économiques et politiques. Elle a donc rempli un vide laissé par les autres grandes puissances. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Patrick Yamedjeu, lundi 7 février 2022, 15:06

    "Il y a énormément d’exemples de ce type en Afrique qui nourrissent la fin de certaines illusions. Pour les Chinois, qui peinent à obtenir le remboursement, et pour les Africains, lourdement endettés." Si vous pouvez citer rien que 5 exemples de projets financés par FMI/EU/Banque mondiale & Co qui ont générés rien que des emplois (ne parlons pas de bénéfices), je suis preneur. Un projet de chemin de fer n'est pas rentabilisé sur 5 ou 10 ans. Ce sont des investissements à longs termes. Quand cesserez-vous cette "chinophobie" maladive?

  • Posté par Patrick Yamedjeu, lundi 7 février 2022, 9:44

    Il est vrai qu'en Europe, on préfère la "coopération" avec un petit puits par ci, une petite école par là. Ou alors, le FMI et la banque "mondiale" qui arrivent avec leurs préconditions pour octroyer des prêts.

  • Posté par Jeanine Delhait, dimanche 6 février 2022, 9:48

    les chinois ne font rien d'autres que ce que les européens et les américains ont fait pendant très longtemps en Afrique. la seule différence est que les chinois n'ont pas encore oranaises des coups d'état en Afrique, a ma connaissance.

  • Posté par Lecocq Jean-Louis, dimanche 6 février 2022, 16:53

    Attendez de goûter à l'hégémonie chinoise et on en reparle.

  • Posté par Guiot Philippe, samedi 5 février 2022, 11:47

    "plusieurs effets positifs pour les Africains, avec d’abord cet afflux de marchandises chinoises peu chères, enfin à la portée des consommateurs africains : motos, smartphones ou ordinateurs venus de Chine...." C'est vrai que tout ça ne remplacera jamais de la nourriture dont la population à tant besoin ! Négliger le vital pour des futilités

Plus de commentaires

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs