Accueil Économie Entreprises

Pourquoi Facebook ne va pas mourir (demain)

Meta, sa maison mère, n’est pas qu’un réseau social « de vieux ». Mais un groupe tentaculaire, aux reins solides. Et si Mark Zuckerberg ne sera sans doute plus le roi du pétrole dans ce monde-ci, il pourrait bien le devenir dans le métavers. Pionnier plutôt que « has been » ?

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 7 min

La nouvelle de ma mort a été très exagérée », rétorquait Mark Twain, en 1897, alors qu’un journal venait erronément de publier son avis nécrologique. Mark Zuckerberg pourrait sans rougir en faire la « punchline » d’un de ses t-shirts. Meta, ex-Facebook, dont il est le fondateur et patron, est loin, très loin, d’être à l’article de la mort comme certains le prédisent. Des claques boursières, aussi violentes que celle infligée mercredi après l’annonce des résultats jugés décevants, le géant de Memlo Park, en Californie, en a connu d’autres. Comme à chaque fois, il vacille. Mais se redresse aussi vite.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par stals jean, lundi 7 février 2022, 13:51

    ...Et Zuckerberg a clairement livré sa feuille de route. Elle mène droit dans le métavers, un virage déjà amorcé en 2014 avec le rachat d’Oculus, un casque de réalité virtuelle, désormais rebaptisé Meta Quest 2. Le métavers de Facebook peut encore paraître vaporeux. Mais pour son patron, cet univers numérique parallèle, doté de sa propre (crypto-)monnaie, truffé de marchands d’objets connectés (et accessoirement sans régulation ou loi antitrust), n’est rien d’autre que l’avenir d’Internet. Et donc l’avenir de Facebook, désormais entreprise « méta ». Lire pareilles "horreurs", qui ne sont rien moins que l'expression du "1984" d'Orwell mais en pire... Et ces "monstruosités en puissances" aux mains d'une "Dictature absolue de l'Actionnariat" qui se mondialise irrémédiablement... Dictature bien réelle, elle, bien plus criminogène encore que l effrayante dictature politique, imaginée par ORWELL..L'Humanité va-t-elle un jour se réveiller? Du haut de mes 78 ans et 1/2, le doute de plus en plus surement m'habite...

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs