Accueil Opinions Chroniques

La minute de pédagogie wallonne

La lettre de Bernard Delvaux, Johnny Thijs et Baudouin Meunier n’aboutira peut être pas à changer le mode d’action du politique, mais elle a déjà provoqué un débat. La chronique de Béatrice Delvaux pour De Standaard.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 4 min

Ah ce pays. Beaucoup d’idées préconçues, des accusations par jets, de part et d’autre de la frontière linguistique, souvent sur fond de guerre PS-N-VA, et encore tant de méconnaissance réciproque.

Un exemple récent ? La lettre ouverte des trois patrons au Premier ministre Charles Michel, appelant à l’action sur des grands projets clés transversaux, nord sud, fédéral-régions. Alors que Johnny Thijs, ex patron de B-Post, est un super BV pour les Flamands et les francophones, le nom de Bernard Delvaux a d’abord suscité au nord du pays, un « Bernard qui ? », qui en disait long sur le chemin à parcourir.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs