Accueil Sports Autres sports

Sofie Goos: «Il n’y a qu’une seule chose que je veux désormais, c’est pouvoir m’asseoir...»

La triathlète belge Sofie Goos, poignardée par un inconnu alors qu’elle s’entraînait dans la banlieue d’Anvers, est toujours sur un lit d’hôpital et craint pour la suite de sa carrière sportive.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Victime d’une terrible agression lors d’un entraînement le 15 mai dernier à Anvers, la triathlète belge Sofie Goos poursuit sa revalidation sur un lit d’hôpital. L’athlète de 36 ans, principalement touchée au rein droit, reste cependant pessimiste quant à son état de santé, notamment dans l’optique de retrouver une pratique sportive au niveau professionnel.

Devant la caméra de la télévision locale anversoise ATV, Sofie Goos n’a pu cacher ses larmes : « Les médecins m’ont confirmé qu’il s’agissait d’une large coupure. J’ai même eu peur de bouger de crainte que mon rein se brise en deux », explique l’Anversoise. « La seule chose que je veux désormais, c’est pouvoir m’asseoir. L’étape suivante, ce sera de me relever, puis de faire quelques pas. Après, nous verrons à quelle vitesse mon corps pourra se remettre... Je verrai alors ce que je peux faire ou non. Mais là, je ne peux pas encore imaginer me promener, faire le ménage et encore moins m’entraîner ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Autres sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs