Accueil Monde Afrique

Décès du petit Rayan: comment la «spirale émotionnelle» nous touche tous

Bernard Rimé, professeur émérite à la faculté de psychologie de l’UCLouvain, détaille les mécanismes à l’oeuvre lorsque certains événements appellent puissamment nos émotions.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 4 min

Au Maroc comme à l’étranger, la population a suivi l’opération de sauvetage du petit Rayan, âgé de 5 ans, dont le corps a été extrait samedi d’un puits profond au nord du Royaume. Un drame humain qui a déclenché un déferlement d’émotions, amplifié par les réseaux sociaux. La compréhension des processus à l’œuvre dans le fonctionnement de ces émotions collectives est depuis des décennies l’objet des recherches de Bernard Rimé, professeur émérite à la faculté de psychologie de l’UCLouvain.

Pourquoi certains événements suscitent-ils une telle émotion ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Raurif Michel, lundi 7 février 2022, 15:02

    La question que personne ne se pose : pourquoi l'accès à ce puit était-il si négligé que l'enfant est tombé dedans ???? Qui est responsable de cette négligence et indirectement de la mort de l'enfant ????

  • Posté par FERET jean-luc, lundi 7 février 2022, 12:57

    Je crois que le sujet était important puisque la vie d'un enfant était en jeu; Mais combien d'entre eux meurent de faim chaque jours (sans grand reportages ni appels communautaires). Bien sûr que la vie d'une enfant doit mobiliser nos attentions mais à l'instar des misères mondiales. Il faut aussi, alors que l'on vit dans une société "civilisée" constaté que nous avons en Europe un nombre croissant de familles qui sont en dessous du seuil de pauvreté. Bien sûr que je trouve louable de débattre sur la vie d'un enfant (dans ce cas, au Maroc) mais l'incidence hormis émotive ne peux cacher nos misères résiduelles et quotidiennes. Je ne suis pas certain que les sinistrés de l'année dernière ont compris le déploiement (médias, état, ...) alors que chez nous rien ne bouge.

  • Posté par eric biltiau, lundi 7 février 2022, 11:03

    "Les sauveteurs adoptent la figure de héros, comme cet homme qui a creusé les derniers mètres du tunnel à la main…" Ce sont EUX les vrais et seuls héros qui n'ont pas lésiné sur leur nombre d'heures de travail et qui ont TOUT tenté. Si Allah était si "compétant" pourquoi n'a-t-il pas sauvé ce petit enfant...???

  • Posté par Jeanine Delhait, lundi 7 février 2022, 11:26

    je ne mélangerais pas les croyances avec la réalité. les enfants et les familles des victimes des pédestres de l'église et de ceux qui ont couvert ces crimes a tous les niveaux se posent la même question sur Dieux. Les victimes du nazisme se sont aussi poses la même question mais c'est l'être humain et sa cupidité qui causent tous les malheurs de la terre. Dieu n'a rien a voir et il n'est coupable de rien. je respecte les croyants de toutes les confessions et aussi les non croyants tant qu'ils restent lucides et accusent les vrais coupables de leurs malheurs

  • Posté par collin liliane, dimanche 6 février 2022, 23:35

    Terrifiant d'entendre les parents remercier leur dieu en apprenant la mort de leur enfant.

Plus de commentaires

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs