Accueil Société

Déconfinement: comment omicron change (encore) la donne

Maintenant que le pic des contaminations est passé, la stratégie belge pour avancer est de nouveau à réinventer. En matière de vaccination, CST ou de testing, que faut-il garder et que faut-il jeter ? « Le Soir » fait le tri.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 10 min

On l’a dit dans toutes les langues, omicron a changé la donne de la pandémie de coronavirus. Pendant que les politiques se tâtent sur la meilleure manière et le timing de l’inévitable déconfinement qui devrait pointer le bout de son nez d’ici quelques jours ou semaines, la population s’interroge. Plus contagieux mais moins dangereux que delta désormais en voie de disparation, omicron oblige à remettre une nouvelle fois la stratégie de sortie sur le métier.

1

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mardi 8 février 2022, 7:16

    Article synthétique très bien construit, et recueil des avis plus qu'intéressants de certains des meilleurs spécialistes belges des domaines concernés (pharmacologie, immunologie, infectiologie, épidémiologie). Merci à vous, Mme Leurquin et M. Biermé. Un sans faute sur le fond. Sur la forme, on peut regretter un "anti-omciron" qui traîne au point 4. Mais bon, personne n'est parfait, n'est-ce pas ? Même lors de brèves interventions sur ce forum...

  • Posté par curto calogero, lundi 7 février 2022, 10:28

    Michel Dignè, est à la solde des fabricants de vaccins, sont discours est pas scientifique, mais pro vaccins.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mardi 8 février 2022, 6:49

    C'est plutôt Jean-Michel Dogné dont il s'agit <Rantanplan>. Un expert dont les connaissances et compétences dans le domaine sont (largement) reconnues. On ne peux (malheureusement) pas vous empêcher de proférer régulièrement des stupidités abyssales, mais (essayer de) nommer correctement les personnes serait un (strict) minimum, mon "brave"...

  • Posté par massacry olivier, lundi 7 février 2022, 17:14

    Aîe difficile d'expliquer à < Rantanplan> que les deux vont de paire..

  • Posté par Lete Catherine , lundi 7 février 2022, 9:12

    Je partage votre avis, Eric, avec néanmoins quelques considérations : l' avantage du vaccin ARN est qu'il peut être développé en ... 10 mois alors qu'un (nouveau) vaccin classique mettra 2 ans pour être développé. Ce vaccin ARN a sauvé des vies, de nombreuses vies. Dans le cas de virus, l'efficacité de la réponse ne porte pas uniquement sur ses composants mais surtout sur sa rapidité à stopper l'intrus. Un autre avantage de ce vaccin ARN est qu'il a permis à la science de tester ce nouveau type de développement et de permettre ainsi l'amortissement du coût de développement d'autres prochains vaccins ARN tels que celui contre le Sida pour lequel on n'a pas encore développé/voulu développé de vaccin faute de masse critique et donc de rentabilité pour les laboratoires. Aujourd'hui, la rentabilité est chose faite : profiter de l'expérience du vaccin contre la Covid et de ses rentrées d'argent pour amortir le développement de nouveaux vaccins tant attendus. Mais je vous rejoins dans l'idée que maintenant que nous ne sommes plus dans l'urgence et la précipitation, un vaccin Covid classique devrait être le bon choix.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs