Accueil Opinions Éditos

Rayan: l’empathie peut plus que des émotions et des larmes

L’enfant était tombé accidentellement mardi dans un puits asséché, étroit et difficile d’accès, creusé près de la résidence familiale dans le village d’Ighrane, dans la province de Chefchaouen, dans le nord du Maroc.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

La mort de Rayan nous a bouleversés ce week-end, là où nous étions. Durant quelques heures, nous n’avions pas quitté les abords de ce trou où son petit corps avait plongé et où proches et sauveteurs tentaient le tout pour le tout pour le sauver. A plusieurs reprises, nous avons interrogé nos proches ou consulté nos téléphones portables : ils ont pu le sortir ? Ils l’ont sorti ? Soulagés de le savoir enfin extrait des profondeurs, percutés en apprenant qu’il n’avait pas survécu.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par eric biltiau, lundi 7 février 2022, 11:09

    "Les sauveteurs adoptent la figure de héros, comme cet homme qui a creusé les derniers mètres du tunnel à la main…" Ce sont EUX les vrais et seuls héros qui n'ont pas lésiné sur leur nombre d'heures de travail et qui ont TOUT tenté. Si Allah était si "compétant" pourquoi n'a-t-il pas sauvé ce petit enfant...???

  • Posté par collin liliane, lundi 7 février 2022, 11:44

    En cas de malheur individuel ou de désastre collectif, les religions ont une réponse toute prête: "les voies de dieu sont impénétrables". En d'autres termes, "surtout ne commencez pas à réfléchir".

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, lundi 7 février 2022, 8:43

    Je ne suis pas sûr qu'il n'y ait pas quelque chose d'indécent dans cette sur-exploitation médiatique d'un drame, effectivement affreux, et auquel, en effet, dès le moment où on en était informé, chacun s'est très humainement identifié. De là à imaginer fidèle à la réalité le descriptif pathétique proposé en début d'article, il y a de la marge.

  • Posté par Jean Luc, lundi 7 février 2022, 1:10

    Madame, j'ai de l'empathie pour l'enfant. Je n'en ai aucune pour ses parents, qui le laissent jouer près d'un trou mortel ; je n'en ai aucune pour les villageois, qui sont infoutus de boucher le trou, ni même d'élever une barrière ; pour ces sinistres connards, je n'ai que mépris.

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs