Accueil Belgique Politique

Paul Magnette souhaite que la Belgique devienne «le premier pays sans e-commerce, avec de vrais magasins»

Le président du PS souhaite un retour aux « vrais magasins » et à des villes « vivantes ». Il a affirmé qu’après la sortie du nucléaire, il aimerait sortir du commerce électronique.

Temps de lecture: 3 min

Paul Magnette, le président du PS a déclaré aux côtés du secrétaire d’Etat Thomas Dermine (PS) dans les colonnes de l’ Humo qu’il souhaitait que « la Belgique devienne le premier pays sans e-commerce, avec de vrais magasins ». Le gouvernement fédéral s’apprête à rediscuter de l’assouplissement du travail de nuit dans le secteur de l’e-commerce cette semaine.« Après la sortie du nucléaire, j’aimerais sortir du commerce électronique. »

L’assouplissement des règles sur l’e-commerce entre 20 heures et minuit est l’une des pierres d’achoppement de la réforme du marché du travail, un dossier aux mains du ministre de l’Emploi Pierre-Yves Dermagne (PS) sur lequel le gouvernement De Croo devrait revenir cette semaine. Les libéraux en sont demandeurs de longue date, eux qui font valoir une fuite des emplois vers des pays voisins comme les Pays-Bas, où les règles sont déjà plus souples.

Les principaux arguments de Paul Magnette résident dans le travail de nuit. « Je pense que l’e-commerce n’est pas un progrès, mais une régression sociale et écologique. Pourquoi devons-nous laisser les travailleurs travailler dans ces entrepôts la nuit ? Parce que les gens veulent acheter à toute heure et recevoir leurs colis dans les 24 heures ? On ne peut vraiment pas attendre deux jours pour un livre ? » Il souhaite « faire de la Belgique un pays sans e-commerce, avec des vrais commerces et des villes vivantes. »

Ne garder que ce qui est nécessaire

Le gouvernement va notamment discuter de concentrer un emploi à temps plein sur 4 jours au lieu de 5. Il va également discuter de mieux protéger les travailleurs Uber et Deliveroo, et également du travail du soir dans le commerce électronique. Sur ce dernier débat, pour le président du PS, « il ne faut pas être trop souple ».

Il souligne les dégâts du travail de nuit sur la santé. « Il faut le limiter à des secteurs où il est vraiment nécessaire, par exemple la police et les hôpitaux ». Voir des firmes installer leurs hangars de l’autre côté de la frontière ne lui pose pas de problème. Car le grand souci n’est pas à ses yeux le chômage, mais les maladies de longue durée, elles ne font que s’aggraver dans ce secteur, souligne M. Magnette.

Il s’en prend au président du MR

Le président du PS lance d’autres mots forts dans son interview à Humo . Il s’en prend notamment au MR et à son président Georges-Louis Bouchez. « Le problème de ce gouvernement, on peut le résumer en deux lettres : MR. Ils compliquent tous les dossiers. Tout ce que veut M. Bouchez, c’est se faire un nom et empêcher les autres d’engranger des résultats (…) Lui n’avait rien engrangé lors des négociations gouvernementales. Rien. Voilà pourquoi il fait de l’opposition au gouvernement depuis le premier jour. »

Georges-Louis Bouchez a réagi

Pour le président du MR, « le XIXe ne peut être un modèle de société. » Il s’est exprimé sur Twitter : « Le progrès est une opportunité. Nous avons besoin d’ouverture d’esprit et d’adaptabilité dans notre société pour un plus grand bien-être. Nous ne pouvons pas laisser le commerce électronique aux seuls autres pays. Nous perdrions des centaines de millions. »

« Revenir à l’économie d’il y a 100 ans ne nous aidera pas, a écrit sur Twitter le président de l’Open VLD Egbert Lachaert. Le commerce électronique peut désormais fournir des emplois à des milliers de personnes. Nous n’allons pas laisser passer ça, n’est-ce pas ? Le PS assure le ministère de l’Emploi. Il doit fournir du travail, pas un chômage éternel ! »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

97 Commentaires

  • Posté par Genicot Gaêtan, mardi 8 février 2022, 14:36

    Quand on voit ce qu'il a fait de sa ville, on comprend qu'il n'ait que des mauvaises idées...

  • Posté par De Keyzer Martine, mardi 8 février 2022, 10:52

    Quelle bonne idée !!!!!! Monsieur Magnette va obliger TOUS les commerces à être accessibles aux PMR, chaises roulantes, toilettes accessibles, cabines d'essayage accessibles ( et non pas dépôt de marchandises) et alors nous pourrons peut-être acheter dans un vrai commerce. Il y a 3 bouchers, 4 boulangers et 2 poissonniers, des traiteurs.... dans mon quartier qui est bien fourni en commerce. Un seul boulanger est accessible car dans une galerie commerçante. Si moi en chaise je n'avais pas l'e-commerce, je ne sais comment je ferais. Qu'il n'oublie pas de prévoir une possibilité d'arriver au commerce, ajouter des gares et des transports en commun accessibles aux grandes zones commerçantes le long des nationales. Ce qui est impossible en fauteuil roulant électrique, sans voiture. Nous pourrons ainsi vivre dans une société réellement inclusive.

  • Posté par GOBBO Corrado, mardi 8 février 2022, 10:50

    On peut essayer de comprendre "le fond" de la pensée de P.M. (c'est dur, car c'est profond), mais sa "sortie" en elle-même ...! C'est triste de voir que , à l'instar de BDW, ces 2 esprits qu'on dit (disait) brillants nous sortent des c...., surtout depuis la Vivaldi (BDW déjà même bien avant ! Idem GLB , qui est du même "tonneau", ou Raoul, + idem en Flandre : il suffit de lire et regarder les médias flamands pour s'en convaincre !). peut-être serons-nous un jour "sauvés" non pas par des politiques en chair et en os (à ronger), mais par le progrès alias "une intelligence (enfin !) artificielle" (Joke !) - PS @ Staquet Jean-Marie : Arrêter de confondre des politiciens wallons (et leurs sorties) et les "wallons" dans ses commentaires, c'est pas t-à-f la même chose hein!.. Capito ?

  • Posté par Clark Vince, mardi 8 février 2022, 10:42

    Il n'a pas raison, cependant il n'a pas complètement tord...

  • Posté par Jean Luc, mardi 8 février 2022, 10:35

    M. Magnette semble assez sérieusement atteint...

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une